Les vols de voitures sur une courbe ascendante depuis 2010
20 décembre 2018
Naoufel Darif (869 articles)
0 Commentaire
Partager

Les vols de voitures sur une courbe ascendante depuis 2010

Les assureurs font état de 500 voitures de plus volées par rapport aux années 2010. Les réseaux s’activent aussi dans le trafic des plaques d’immatriculation, le changement des numéros de châssis et la modification du nom du propriétaire.

Deux mille! C’est le nombre moyen de voitures volées par an, sur les trois dernières années, d’après des données des compagnies d’assurance. «Ce chiffre est en augmentation de plus de 500 cas au minimum par rapport à la moyenne des années 2010», estime un assureur. En avril, la police judiciaire de Casablanca a mis la main sur deux bandes de malfaiteurs qui comptent, à eux seuls, plus d’une centaine de cas de vols. Quelques mois auparavant, un réseau était mis hors d’état de nuire à Témara. Chaque année, et dans plusieurs régions, des voleurs de voitures agissant seuls ou en réseaux sont arrêtés.

Ceci peut paraître paradoxal: les cas de vols empruntent une courbe ascendante alors que les voitures sont de plus en plus sécurisées grâce à des technologies de pointe. En effet, les malfrats ne manquent pas d’ingéniosité. Soit ils maîtrisent le mode de neutralisation des dispositifs anti-vols avant d’opérer, soit l’agression se fait sous la menace lorsque la voiture, occupée par des passagers, est à l’arrêt. En général, selon les experts, le mode opératoire des cambrioleurs va de la technique basique aux astuces les plus sophistiquées. Ils brisent les vitres, utilisent un fil de fer, un passe-partout ou carrément la réplique de la clé de contact obtenue soigneusement au préalable, selon des scénarios bien rodés. Certains voleurs utilisent de nouveaux modes opératoires maintenant très répandus, notamment en Europe. Par exemple, il y en a qui se spécialisent dans le vol de voitures et de marques bien précises dont ils maîtrisent bien les systèmes de verrouillage. D’ailleurs, nombre de ces spécialistes du vol sont impliqués dans des réseaux transfrontaliers. En plus du vol, ces réseaux s’activent souvent dans le trafic des plaques d’immatriculation, le changement des numéros de châssis et le changement du nom du propriétaire.

Les compagnies d’assurance proposent des solutions anti-vols

Pour faire face au phénomène, les assurances commencent à proposer à leurs clients de s’équiper en trackers GPS. Il s’agit d’un système de géolocalisation qui permet de localiser en temps réel une voiture en cas de vol partout au Maroc. A l’origine vendus pour les entreprises afin de gérer efficacement leur flotte, ces produits sont désormais disponibles à la vente pour les particuliers. En cas de vol, le propriétaire reçoit un SMS et peut écouter ce qui se passe dans le véhicule à l’insu des voleurs grâce à des micros espions. Aussi, le propriétaire peut immobiliser les voleurs avec une coupure du moteur à distance. Les clients qui l’installent ont droit à une remise sur leur assurance car cela réduit le risque de disparition de la voiture et réduit le montant des indemnités à verser par l’assureur. D’autres compagnies d’assurance exigent l’installation de dispositifs, tels que la pose d’une alarme, la mise en place d’un coupe-circuit interdisant le démarrage, le gravage sur toutes les vitres du numéro d’identification accompagné d’une inscription du véhicule sur un fichier accessible à la police, la remise du véhicule la nuit dans un garage fermé à clé, etc.

Des garanties à la carte

La garantie vol proposée sur le marché couvre la disparition ou la détérioration du véhicule assuré, à la suite d’un vol ou d’une tentative de vol ; le vol uniquement d’accessoires et de pièces de rechange, en cas de tentative de vol du véhicule lui-même ou en cas d’effraction du local dans lequel le véhicule est garé ; ainsi que le détournement du véhicule à la suite d’un abus de confiance ou d’une escroquerie. De plus, quelques contrats sont étendus à la couverture de la tentative de vol. Cette dernière a lieu lorsque des traces matérielles non équivoques sont constatables : forcement des serrures, du système d’alarme, de l’anti-démarrage électronique ou des contacts électriques du système de démarrage ; effraction des glaces ou effraction électronique (piratage du système informatique).
Si la voiture est retrouvée, la plupart des contrats spécifient que l’assuré doit récupérer son véhicule tant qu’il n’a pas reçu l’indemnité ou avant un délai de trente jours. Après ce délai, l’assuré choisit de conserver l’indemnité ou de récupérer sa voiture. Dans le cas où le véhicule est endommagé, l’assureur paie le montant des réparations à hauteur de la valeur définie dans le contrat, après déduction d’une éventuelle franchise. Il rembourse aussi les frais engagés pour récupérer la voiture à condition que ces derniers soient justifiés ou que lui-même ait préalablement donné son accord.

Naoufel Darif

Naoufel Darif

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article