Posts From Loubna Chihab

Le marché boursier a clôturé le 1er semestre 2016 sur une note positive. Le Masi a atteint une performance de 7,04% (contre -1% au 1er semestre 2015), enregistrant ainsi son plus haut niveau depuis 2010.

Les OPCVM actions ont offert les meilleurs rendements au 1er semestre 2016. La rémunération des comptes sur carnet et du livret d’épargne plombée par la baisse des taux des bons du Trésor. Les OPCVM obligations moyen et long terme ont amélioré leurs gains.

Cette catégorie d’actifs a proposé un rendement de 3,69% au titre du 1er semestre, contre une performance moyenne de 1,54% à la même période de l’année précédente.

La rémunération proposée par les contrats d’assurance au titre de l’exercice 2015 a évolué différemment selon les compagnies d’assurances. Axa Assurance a augmenté sa rémunération pour la 2e année consécutive de 30 points de base, à 4,9%.

Sur les dix entreprises qui ont rejoint dernièrement la cote, six sont actuellement en dessous de leurs cours d’introduction. En plus de la conjoncture, la nature de la valeur et les spécificités de son secteur expliquent cette tendance. Pour s’assurer un bon démarrage en bourse, l’entreprise devra séduire toutes les catégories d’investisseurs.

La contribution des filiales africaines devrait augmenter sur les années à venir. En 2016, les dépôts devraient croître de 5,4% et les crédits de 2%. Le coefficient d’emploi s’établirait à 92,1%, son niveau le plus bas depuis 2007.

L’aménagement et l’équipement, d’un local de 150m2, nécessitent un budget de 1,6 MDH. Originalité des menus, taille significative de la cible, prix abordables sont parmi les facteurs de succès. Impôts, salaires, loyer, fonctionnement…, les charges peuvent être très lourdes.

L’opération porte sur la cession de 40% du capital de l’opérateur portuaire. La période de souscription s’étale du 20 au 30 juin, avec possibilité de clôture anticipée le 23. Une décote de 5% est offerte aux souscripteurs personnes physiques.

Le trafic du faux rend les acheteurs particuliers frileux. Les collectionneurs institutionnels n’achètent plus autant d’œuvres d’art qu’auparavant. La cote de certains artistes résiste, malgré la conjoncture.

La récente baisse des taux débiteurs ne profite pas qu’aux nouveaux emprunteurs. Les banques n’hésitent pas à accepter de revoir à la baisse les taux par peur que les clients passent chez la concurrence. Le rachat du crédit par une nouvelle banque n’est pas toujours avantageux.