Posts From Aziza belouas

Mariage coutumier, mariage du Missiyar et mariage de Moutaâ, certains jeunes vivant dans des pays arabes y ont recours afin de vivre librement leur sexualité sans tomber sous le coup de la loi. Ces unions posent problème en cas de paternité. Le sociologue Chakib Guessous suggère un débat national autour de cette problématique.

Faisant partie du quotidien des Marocains, «khyate Lemdarab» ne travaille plus que dans son atelier. La mousse et les ressorts ont suppléé la laine ou l’alfa. M’barek, matelassier à Ain-Sebaa depuis 45 ans, raconte l’évolution du métier.

Selon le rapport, 225 000 victimes ont été recensées dans le monde entre 2003 et 2016, dont 70% de femmes. Elles sont essentiellement soumises à l’esclavage sexuel et au travail forcé. Dans le Royaume, huit affaires sont actuellement entre les mains des juges de première instance.

On compte 1 164 détenus mineurs au Maroc. Condamnés essentiellement pour vol et consommation de drogues, ils viennent tous de familles défavorisées, brisées et précaires. Afin de valoriser leur détention, l’Association Mama Assia oeuvre pour leur réinsertion scolaire et socioprofes-sionnelle.

Les prisons marocaines comptent aujourd’hui 83 000 détenus. Selon un récent rapport de l’Observatoire Marocain des Prisons, plus des deux tiers des prisonniers marocains sont âgés de 21 à 40 ans.

Garantir à tous les enfants en situation de handicap, le droit à l’éducation. C’est le thème du séminaire organisé les 7 et 8 janvier 2019 par le Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique et l’UNICEF.

L’Association nationale pour l’intégration des personnes en situation de handicap mental a organisé la première édition du DuoDayChallenge d’Anais. Elle s’est inspirée d’un concept né en Irlande en 2008. Huit jeunes en situation de handicap mental ont décroché un CDI durant cette première édition du DuoDay.

Deux Marocaines, deux Tunisiennes et une Algérienne remportent la bourse de la Fondation de l’Oréal-Unesco 2019. Leurs travaux portent sur la médecine, l’environnement et les technologies de l’information et la communication.

Fondées par des Subsahariens, des Syriens, des Irakiens et aussi des Marocains, des associations et autres ONG internationales s’activent à protéger l’intérêt des enfants mineurs. Elles insistent sur l’activation de la politique publique mise en place par le Maroc en 2016.

Elles sont 3 376 entreprises affiliées à la CNSS à être encore hors AMO. L’article 114 de la loi 65-00 leur accorde une exception de cinq ans renouvelables pour basculer vers la couverture médicale de base.