Y aura-t-il vraiment un troisième producteur de tabac au Maroc ?

La tutelle affirme n’avoir donné aucune autorisation.

Une information parue dans la presse il y a quelques semaines a pris de court les opérateurs du secteur des tabacs. My Omar Zahraoui, un homme d’affaires marocain, a annoncé être sur le point de finaliser un investissement dans une nouvelle usine de tabac à Casablanca, plus exactement à Dar Bouaza. Contacté, M. Zahraoui confirme l’information et explique que cette usine nécessitera un investissement d’un milliard de DH, qu’elle sera construite sur un terrain de 6 hectares et qu’elle comprendra 12 lignes de production.

Elle produira des marques de cigares et de cigarettes propres à sa société (ndlr : Habanos) tels que Sahara, Oasis et Africa. Des produits qui seront destinés principalement au marché de l’Afrique subsaharienne. A en croire M. Zahraoui, «notre société a signé des conventions avec des opérateurs dans six pays africains en l’occurrence la Cote d’Ivoire, le Sénégal, le Mali, le Nigéria, le Congo et la Libye». Et d’ajouter : «Nous allons démarrer la production et l’exportation dans 8 mois». L’homme d’affaires affirme en outre avoir déposé une demande auprès du ministère de l’industrie en vue d’obtenir la licence de distribution sur le marché national. Il explique que son entreprise dispose de tous les moyens logistiques nécessaires pour décrocher le sésame du ministère de tutelle.

Néanmoins, les autorités de tutelle nient tout de cette histoire ! Contacté, le département chargé de l’octroi des licences de distribution de tabac assure qu’aucune demande émanant de cette entreprise n’a été déposée. De plus, à la direction de l’industrie, chargée entre autres de l’octroi des autorisations de production de tabac, on affirme qu’en dehors de l’autorisation de fabrication de la SMT et celle accordée récemment à la société émiratie EMID, aucun autre opérateur n’a demandé ni bénéficié d’une telle autorisation ! Affaire à suivre…