Moulay Hafid Elalamy : Le partenariat entre l’Etat et les CCIS doit être repensé d’urgence !

Le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a mis l’accent, vendredi à  Rabat, sur l’urgence de repenser le partenariat entre l’Etat et les Chambres de commerce, d’industrie et de services (CCIS), en tant qu’acteurs incontournables dans le chantier structurant de la régionalisation, de par leur ancrage territorial.

« La collaboration future Etat/CCIS fera l’objet de contrats-programmes définissant les responsabilités et les engagements de chaque partie et fixant les objectifs clairs assortis de mesures opérationnelles concrètes avec des échéanciers et des indicateurs de performance », a précisé M.Elalamy, lors d’une rencontre avec les CCIS.

Le ministre a souligné le volontarisme de l’Etat pour accompagner la restructuration et la modernisation compétitive des entreprises à condition que ces entreprises participent à la création d’emploi, à la génération d’impôts, à la création de valeur ajoutée et à l’augmentation de la capacité d’exportation.

En effet, le ministre a convié les présidents des CCIS à s’inscrire dans cette démarche innovée, en tant que force de proposition, précisant qu’elle reposera sur quatre piliers fondamentaux, à savoir l’amélioration du cadre juridique et réglementaire des CCIS, le renforcement des capacités des CCIS, le développement de nouvelles prestations à valeur ajoutée en phase avec les besoins des ressortissants et l’instauration des principes de bonne gouvernance.

Rappelant le message Royal qui appelle à enraciner une nouvelle conception faisant des chambres un véritable levier de l’investissement productif, M. Elalamy a noté que cette nouvelle conception devrait insuffler une nouvelle dynamique aux CCIS, permettant à leur action de gagner en efficacité.

« Cette conception devrait également renforcer leur rôle en tant que relais du ministère pour mobiliser les entreprises et les sensibiliser à adhérer aux programmes découlant des stratégies sectorielles en faveur de l’entreprise marocaine », a affirmé M. Elalamy.

Pour sa part, le ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Mohamed Abbou, a indiqué que cette rencontre constitue une occasion pour débattre la situation actuelle des CCIS, de rappeler la stratégie nationale pour le développement et la promotion des exportations et de présenter le plan d’action de 2014.

« Ce plan d’action porte notamment sur l’organisation d’une caravane nationale pour présenter les programmes du ministère et le lancement d’un plan d’urgence pour le commerce extérieur afin de régler les importations et de promouvoir et développer les exportations », a annoncé M. Abbou.

De son côté, le Président de la Fédération des CCIS, Driss Houat, a mis l’accent sur les atouts des chambres, notamment l’importante expérience en matière d’encadrement et accompagnement des PME/PMI, la présence dans toutes les régions du Maroc, ainsi que l’interface entre pouvoirs publics et secteur privé.

Concernant les faiblesses, M. Houat a noté l’absence de stratégie et de vision des assemblées générales des CCIS, le manque de moyens financiers et la non représentativité effective du tissu commercial, industriel et des services par les élus des CCIS.

Ainsi, M. Houat a présenté le plan stratégique de la fédération, qui porte notamment sur la mise en place de fond de financement des projets d’intérêts économiques pilotés par les CCIS, l’implication effective et capitalisation des performances des CCIS dans le développement local et l’instauration d’un système de management de la qualité au sein des CCIS.