L’ONE se met au crédit halal

L’Office national de l’électricité (ONE) diversifie de plus en plus ses sources de financements.

L’Office national de l’électricité (ONE) diversifie de plus en plus ses sources de financements. Après avoir lancé plusieurs emprunts obligataires par le passé et en attendant de finaliser son projet de titrisation de ses créances commerciales, il se met aujourd’hui aux produits islamiques. En effet, l’Etat vient d’accorder sa garantie à l’office pour contracter un financement sous la formule «Istisna’a» auprès de la Banque islamique de développement (BID). Ce prêt «halal» porte sur près de 100 millions d’euros (environ 1,15 milliard de DH) et il est destiné à financer en partie le projet d’extension du quai à charbon et des entrepôts de stockage de ce combustible au port de Jorf Lasfar.

Notons qu’«Istisna’a» est un contrat d’entreprise en vertu duquel une partie (Moustasni’i) demande à une autre (Sani’i) de lui fabriquer ou construire un ouvrage moyennant une rémunération payable d’avance, de manière fractionnée ou à terme. Le respect de la charia est assuré par le fait que la rémunération de la banque se justifie par son intervention en qualité d’entrepreneur responsable de la réalisation des travaux afférents à la construction de l’ouvrage objet du contrat, que cette intervention ait lieu directement ou par l’entremise de sous-traitants.