Les salafistes font volte-face

A peine annoncée, l’intégration des islamistes au sein du MDS connaît déjà  ses premiers couacs. C’est le statut, ou plutôt les convictions religieuses de Driss Hani, dont le nom est lié aux chiites marocains, qui pose problème aux salafistes.

Ces derniers menacent de quitter le parti qu’ils n’ont pas encore intégré officiellement s’il accueille également la tendance chiite. Mahmoud Archane, le fondateur du parti, avait pourtant mené de rudes négociations pour convaincre les salafistes, dont une grande partie purge encore une peine d’emprisonnement, anciens de la Chabiba islamiya, et ce chercheur en chiisme marocain de rejoindre son parti. La conclusion d’un accord en ce sens a remis aux devants de la scène son parti en pleine déconfiture depuis le départ de l’ancien ministre de l’intérieur sous feu Hassan II.