Le Roi condamne fermement le terrorisme dans un discours mondialement salué

Un discours éminemment argumentatif condamnant énergiquement le fanatisme religieux qui menace les sociétés libres.

Un discours bref, mais fort et dense, à l’occasion du 63e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. Sur le plan de la structure, SM le Roi a évoqué la guerre d’indépendance algérienne et la solidarité marocaine avec son voisin de l’Est dans sa lutte contre le colonialisme. Ensuite, le Souverain a parlé d’Afrique et de la politique marocaine de l’émigration. La dernière partie du discours a été consacrée au terrorisme religieux, à ces individus qui commettent leurs méfaits au nom de l’Islam, et s’adressait aux Marocains du monde, appelés à résister face aux amalgames dont ils sont victimes dans les pays d’accueil. De par ce dosage de thèmes qui font du Maroc un pays pivot dans sa région, le discours royal a reçu un large écho à l’échelle mondiale. Que ce soit en Europe occidentale, aux Etats-Unis, en Afrique, ou même dans les pays de l’Europe de l’Est et de l’Amérique Latine, les médias ont repris les passages qui les concernent, terrorisme et Islam pour les uns, solidarité et politique africaine pour les autres. Ainsi, avec ce discours, SM MohammedVI a réussi à conforter le positionnement du Maroc comme élément incontournable de la lutte contre le terrorisme et contre l’intégrisme dans le monde.

Le Souverain appelle musulmans, chrétiens et juifs à faire front commun

C’est un discours éminemment argumentatif condamnant fermement le fanatisme religieux qui menace les sociétés libres, la paix et la sécurité dans le monde, observent de nombreux experts et universitaires de plusieurs pays. SM le Roi a lancé un appel à la lutte contre l’extrémisme religieux, et invité les Marocains du monde à rester attachés aux valeurs de leur religion et à leurs traditions séculaires face au discours jihadiste qui leur est étranger. Fort de sa légitimité religieuse en tant qu’Amir Al Mouminine, le Souverain a dénoncé avec force les stratégies machiavéliques et les dogmes dangereux de ceux qui prétendent être les détenteurs de la vérité et les garants de l’orthodoxie musulmane. Le Souverain a en outre démontré les méthodes que les différents groupes terroristes utilisent pour instrumentaliser certains jeunes en profitant de leur méconnaissance de la langue arabe et de l’Islam authentique dans le but de les mobiliser et de les utiliser pour atteindre leurs objectifs funestes. En fait, ce sont des ennemis de l’Islam qui interprètent à leur manière les concepts du Coran et de la Sunna pour justifier leurs actions violentes et étendre leur sphère d’activité en diffusant une culture de la haine et du terrorisme. SM le Roi a défini la notion du jihad dans l’Islam en précisant sa signification et les conditions de sa validité. Donnant une vision rationnelle et conforme à l’Islam, il estime que la perversion de l’image de l’Islam par les extrémistes et les attentats terroristes qui ont coûté la vie à de nombreux innocents, ont contribué à exacerber les tensions inter-communautaires au sein des sociétés européennes notamment, et à stigmatiser les musulmans en raison de leur confession. SM le Roi a également appelé musulmans, chrétiens et juifs à dresser un front commun pour contrecarrer le fanatisme, la haine et le repli sur soi sous toutes les formes.

Roi-condamne-fermement-le-terrorisme-dans-un-discours-mondialement-salue

La France particulièrement sensible au message de SM le Roi

Après ce discours, les réactions commencent à déferler. La France a ainsi salué l’engagement résolu du Maroc contre le fanatisme et fait part de sa volonté de travailler avec le Royaume pour prévenir et lutter contre la radicalisation et le terrorisme. Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal, a ainsi indiqué lors d’un point de presse que le Souverain a adressé «un message de paix et de tolérance», et a condamné comme une «folie impardonnable» l’assassinat d’un prêtre le 26 juillet, qui a révulsé le monde entier. «La France y est particulièrement sensible», a-t-il affirmé. Les médias sont largement revenus sur ce discours dont ils ont repris des extraits. La chaîne TV France 24 est revenue sur ce discours en affirmant que «chantre d’un islam tolérant et modéré, le Maroc se positionne dans le monde musulman –en particulier en Afrique– comme le maillon fort de la lutte contre le jihadisme». France 24 cite de longs passages du discours. Pour sa part, le quotidien le Monde a lui aussi consacré un premier article dès le lendemain, le 21 août, avant de dédier une double page à «Mohammed VI (qui) se voit en chantre de l’islam modéré». Pour que le prestigieux quotidien français y revienne à deux reprises, cela est en soi un signe de la forte teneur du discours royal. Le site lacroix.com, lui, titre : «Mohammed VI exhorte les Marocains de la diaspora au «vivre-ensemble»» et cite de longs passages du discours, ayant trait essentiellement au terrorisme et à l’islam. Les médias belges ont aussi souligné les initiatives que SM le Roi ne cesse de prendre pour que les citoyens marocains pratiquent un Islam modéré et tolérant, mettant en relief dans ce contexte les efforts du Maroc en matière de lutte antiterroriste. En Grande-Bretagne, la BBC a mis en avant la pertinence du discours royal et sa haute teneur, relevant que le Souverain a appelé les Marocains résidant à l’étranger, dont la majorité vit en Europe, à rejeter l’extrémisme, à faire valoir et à défendre les valeurs d’un Islam modéré, ouvert et tolérant. Le journal espagnol El Mundo a publié, lui aussi, de larges extraits du discours royal, relevant que le Souverain a lancé un appel aux musulmans, aux chrétiens et aux juifs les invitant à s’unir pour combattre le fanatisme. Outre-Atlantique, Forbes, pour ne citer que ce journal, dans un article intitulé «Roi arabe : les terroristes ne sont pas musulmans et sont condamnés à l’enfer pour toujours», s’interroge sur les raisons du silence des dirigeants arabes face aux attentats terroristes de Daech et se félicite des mots employés par Mohammed VI.