La route tue de plus en plus

Accidents en hausse de 4.4% et 577 tués en deux mois.

Le code de la route ne peut visiblement rien contre les accidents de la circulation. En ce début 2012, comme tout au long de 2011, la route continue de tuer, et les chiffres du Centre national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) des mois de janvier et février le confirment. Au terme de cette période, le nombre d’accidents s’élève à 10 235, dont 526 mortels, en augmentation de 4,4% par rapport à la même période de 2011. Le nombre de tués s’est établi à 577, soit une hausse de 6,85%, alors que le nombre de blessés est pour cette période de 1 722, en progression de 10,03% par rapport à la période correspondante de 2011. S’agissant des blessés légers, ils sont au nombre de 13 137, en hausse de 5,25%.

Déjà en 2011, le nombre d’accidents corporels enregistrés s’était élevé à 68 855, dont 3 483 mortels, en hausse de 1,7% par rapport à 2010 et occasionnant 423 tués de plus, soit 4 066 tués au lieu de 3 640 (+11,61%). Le nombre de blessés graves n’est pas en reste, totalisant 12 495, soit 1 440 blessés de plus ou un accroissement de 13,03%. On comptabilise aussi, pour l’année 2011, 90 027 blessés légers, en hausse de 1,83% par rapport à 2010. Fait curieux, c’est durant le dernier trimestre de l’année 2011 que l’on a assisté à une montée en flèche du nombre d’accidents mortels avec leur cortège de tués et blessés.

Notons que sur les 16 régions du Royaume, seules trois ont connu une baisse du nombre de tués alors que les 13 autres ont enregistré des augmentations. Il s’agit des régions de Laâyoune Boujdour (-20,31%), Guelmime Smara (-22,73%) et celle du Gharb-Beni Hssen (-4,40%). A l’inverse, le nombre de tués a augmenté dans la région de Fès-Boulemane (+49,61%), dans le Souss (+38,07%) et à Tanger-Tétouan (+23,9%)