Industrie : les capacités de production utilisées à 63%

Les carnets de commandes toujours inférieurs à leur niveau normal.

L’activité industrielle a encore du mal à redémarrer. C’est en tout cas ce qui ressort de la dernière enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib pour le mois de janvier au cours de laquelle 400 entreprises sont sondées. La production a certes enregistré une hausse dans quasiment l’ensemble des branches, mais pour les industriels sondés, il s’agit surtout d’un effet de rattrapage par rapport à décembre 2015 où l’activité avait reculé en raison des vacances de fin d’année. Du coup, le taux d’utilisation des capacités de production est resté stable à 63%, un niveau faible qui n’incite pas à l’investissement. Il recouvre une hausse dans les branches mécanique et métallurgie et électricité et électronique, une baisse dans l’agroalimentaire et une stagnation dans la chimie-parachimie.

Les ventes ont également marqué une stagnation en janvier qui cache une hausse dans le textile et cuir, la mécanique et l’électricité, et une baisse dans l’agroalimentaire et la chimie. Elles ont stagné sur le marché local alors qu’à l’export on note une légère augmentation. Cela dit, les industriels sentent une hausse des commandes reçues, et ce, dans toutes les branches, à l’exception de l’agroalimentaire. Ils s’attendent donc à une amélioration de la production et des ventes dans les prochains mois, sauf pour les textiliens qui tablent sur une stagnation de la production et une baisse des ventes. Néanmoins, il faut noter que les carnets de commandes restent à un niveau inférieur à la normale dans quasiment toutes les branches d’activité.

Notons que 30% des industriels indiquent ne pas avoir de visibilité par rapport à l’évolution future de la production et 35% par rapport à celle des ventes.