GBH dévoile son plan de relance pour KIA Maroc

Élargissement du réseau de distribution, amélioration du service après-vente et lancement de nouveaux modèles seront les armes de KIA Maroc pour réintégrer le Top 10 des meilleures ventes.

En reprenant, le 29 octobre 2018, les droits de commercialisation des véhicules KIA au Maroc, le groupe français GBH déclarait entretenir de grandes ambitions pour la marque sud-coréenne, en proie à une crise qui dure depuis quelques années, et dont les séquelles se font toujours ressentir.

Aujourd’hui, le Groupe vient de lever le voile sur sa stratégie de relance de la marque. Se repositionner sur les segments de prédilection, attaquer de nouveaux marchés et, surtout, intégrer le top 10 des meilleures ventes, en sont les motivations.

Cette réorientation stratégique, dévoilée le 26 février par Cédric de Veau, directeur général de KIA Maroc, repose sur trois points que l’enseigne a identifié comme « décisifs » pour dépoussiérer l’image terne de la marque. Il s’agit d’abord du développement du réseau de succursales et de concessions, de l’amélioration du service après-vente et du lancement de nouveaux produits sur le marché.

 

Développement du réseau 

 

L’absence de points de ventes de KIA dans certaines villes s’est traduit par un manque à gagner palpable. Le nouveau distributeur compte donc renforcer son maillage territorial, constitué actuellement de 4 succursales et de 7 concessions. Ces dernières subiront un remodelage pour se mettre aux normes de l’enseigne. Le réseau s’étendra, dans un premier temps, avec l’ouverture prochaine d’une succursale à Rabat, en attendant l’implantation de points de ventes dans d’autres villes du Royaume telles que Kénitra, Oujda, Béni Mellal et El Jadida. « Etre absents de Rabat est une grosse lacune. Nous devons y ouvrir rapidement une succursale, chose qui se fera cette année. Concernant les concessions, nous étudions des candidatures de représentations et nous avons déjà des élus. L’objectif étant d’avoir 17 points de vente à la fin de cette année, au lieu de 11 actuellement« , a commenté M. de Veau.

 

Service après-vente 

KIA déclare porter le service après-vente au rang de « priorité absolue », à commencer par résoudre la problématique de disponibilité des pièces de rechange. « L’une des premières décisions que nous avons prises à notre arrivée est la constitution d’un stock de pièces de rechange pour permettre de servir nos clients en permanence. Nous avons souffert de leur indisponibilité, mais cette période est révolue », rassure le DG de Kia Maroc.

Dans le même sens, une offre de proximité est envisagée et s’articulera sur deux actions : le déploiement de vendeurs itinérants de pièces de rechange sur le terrain, puis l’identification et le développement d’un réseau propre de revendeurs de ces pièces. Ces actions seront accompagnées d’un soutien digital. « A partir du 2e semestre, le client pourra commander en ligne les pièces qu’il lui faut », révèle M. de Veau.

En ce qui concerne les ateliers, GBH déclare avoir consenti de gros investissements dans leur mise à niveau. « Il était nécessaire d’aligner nos ateliers aux différentes normes en termes d’éclairage, d’équipement, de flux de circulation et autres, mais aussi en terme d’outillage spécifique, de manière à posséder des outils adaptés et recommandés par le constructeur sur les produits actuels et ceux qui vont arriver », explique le responsable.

Se rendant compte que le service après-vente se révèle parfois complexe pour le client, les nouveaux détenteurs de la carte Kia aspire à lui faciliter la tâche à travers la digitalisation de son parcours à l’atelier.  « D’abord, nous allons équiper nos conseillers de service (ceux qui font la réception dans les ateliers) de tablettes avec des applications qui permettent de faire le tour du véhicule d’une manière fluide et rapide, gagnant ainsi du temps et de la précision dans le pré-diagnostique », détaille M. de Veau. Vient ensuite la réservation en ligne. « C’est quand même important de pouvoir réserver un créneau horaire pour sa voiture comme on le fait pour sa chambre d’hôtel, et je ne parle pas là d’envoyer un mail puis d’attendre d’avoir confirmation du rendez-vous. Les rendez-vous saisis par les clients seront automatiquement pris en compe dans le planning de la réception et de l’atelier », développe-t-il.

Au volet des ressources humaines, GBH a doté KIA d’un centre de formation interne, situé dans ses locaux d’Ain Sebaâ (Casablanca). « Dans ce centre, l’ensemble du personnel sera évalué et passera par une phase de qualification dans les normes du constructeur. Nous savons que la formation fait gagner en productivité, en qualité, en épanouissement et bien-être au travail, et c’est important de donner des perspectives à nos collaborateurs », étoffe M. de Veau. Une opération de recrutement a également été lancée, afin de « dénicher les compétences et enrichir les équipes en profils affûtés ».

 

Déploiement du plan produit

Cependant, à KIA Maroc, on est conscient que les améliorations précédentes ne sauraient faire l’effet escompté sans la mise sur le marché de véhicules attractifs, en termes de design mais aussi de prix. La marque, généraliste de surcroît, se prépare à envahir, littéralement, une majorité de segments du marché marocain.

KIA compte affermir son positionnement sur les segments où la marque a une certaine notoriété, tels les micro-citadines (Picanto) et les SUV (Sportage), mais aussi d’affronter la compétition sur les autres segments avec une panoplie de modèles qui feront leur entrée (ou la referont, comme l’Optima). M. de Veau a annoncé « un renouvellement de gamme sans précédent ». Les nouveaux modèles seront au nombre de 12 d’ici la fin d’année. Actuellement, la gamme 2019 compte 4 modèles que sont les nouveaux Sportage, Picanto, Sorento et de l’utilitaire K2500. D’autres, comme le Cerato (compacte), le Ceed (berline compacte) et le Proceed (shooting break), sont promis avant la fin de l’année.