Farine subventionnée : 300 000 dhs d’amende en cas de fraude

Le gouvernement a pris une série de mesures juridiques et réglementaires pour assurer l’efficacité du système de distribution de la farine subventionnée et mettre fin aux pratiques de certains commerçants, a indiqué, mardi à  Rabat, le ministre chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, Mohamed El Ouafa.

M. El Ouafa, qui répondait à une question orale du Groupe socialiste à la Chambre des Conseillers sur la farine subventionnée, a relevé que ces mesures portent notamment sur la levée de 100 000 dhs à 300 000 dhs du plafond maximal des amendes applicables en cas de fraude sur le poids ou l’augmentation injustifiée des prix, en ajoutant que les Walis et les Gouverneurs sont désormais chargés de la perception des amendes en vue d’accélérer le traitement des infractions.

Outre l’imposition de la déclaration obligatoire des prix à la vente des sacs de farine subventionnés, qui a eu pour effet une baisse immédiate des prix pratiqués dans les marchés, M. El Ouafa a annoncé l’élaboration d’un décret ministériel mixte portant publication de listes comportant les noms des distributeurs, ainsi que leurs adresses et les quantités de farine qui leur ont été accordées.

Ces listes, a-t-il ajouté, seront affichées au niveau des offices régionaux des céréales et des légumineuses et des services concernés.

Un programme de réformes a été engagé dans le cadre de la réforme globale du système de compensation dans l’objectif de revoir le système de distribution, de sélection des commerçants et d’évaluation des quotas alloués à chaque province et l’arsenal juridique qui encadre cette chaîne, a-t-il conclu.