Elections communales : pas avant 2014 ?

Selon l’Istiqlal, Abdelilah Benkirane envisagerait de les reporter.

Les deux premiers pas d’un long parcours électoral qui attend le gouvernement ont été franchis. Un avant-projet de loi portant sur le découpage des collectivités territoriales vient d’être soumis par le SGG aux autres membres du gouvernement. Pour le moment, il ne s’agit que de principes généraux. La délimitation territoriale des régions, provinces, préfectures et communes sera fixée, elle, par décret du ministère de l’intérieur, une fois ce projet de loi adopté. Il en va de même pour le nombre des futures régions, leur nom et leur chef-lieu. Auparavant, le même département de l’Intérieur a ouvert la voie au renouvellement et à la mise à jour des listes électorales.

Entre-temps, les quatre formations de la majorité ont décidé, pour la première fois, dimanche 2 décembre, d’aborder le chantier de la régionalisation avancée et des élections locales. Une plateforme devrait être finalisée ultérieurement avant que le dossier ne soit soumis, pour débat, aux autres partenaires politiques et sociaux. Un processus qui s’annonce long et fastidieux et la majorité veut, en plus, prendre son temps «pour mettre en place les conditions d’une mobilisation nationale nécessaire pour la réussite du chantier». De ce fait, certains partenaires du gouvernement, l’Istiqlal en l’occurrence, avancent déjà comme date probable des élections communales, l’année 2014. Selon le quotidien porte-parole de l’Istiqlal, Al Alam, «le chef du gouvernement envisagerait de reporter les élections communales à 2014». Soit une année avant la fin du mandat initial des actuels conseils communaux. Ce report serait justifié par «la densité du travail» qui attend le gouvernement pour cette année 2013 et qui ne laisse pas suffisamment de temps à une meilleure préparation des élections.