Elections aux Etats-Unis : Facebook révèle une nouvelle opération de désinformation

Facebook a indiqué, mardi, avoir découvert une nouvelle opération de désinformation « coordonnée » sur son réseau à l’approche des élections législatives de mi-mandat aux Etats-Unis, précisant avoir fermé comptes et pages concernés.

Le groupe de médias sociaux a déclaré qu’il ne pouvait pas lier l’activité à la Russie, qui a interféré sur sa plate-forme lors de l’élection présidentielle de 2016, mais il a affirmé qu’une trentaine de profils partageaient un schéma de comportement avec la précédente campagne de désinformation russe.

« Nous sommes dans les toutes premières phases de notre enquête et nous n’avons pas toutes les données, y compris qui est derrière cela », ajoute Facebook dans un communiqué.

Selon la société, quelque 32 comptes ou profils Facebook et Instagram ont été identifiés et supprimés par le réseau social. Le plus ancien avait été créé en mars 2017, le plus récent en mai 2018. Au total, ils avaient publié près de 10.000 messages sur le site.

Ces pages étaient suivies par 290.000 comptes et ont dépensé 11.000 dollars pour sponsoriser près de 150 contenus (« ads »), les rendant ainsi plus visibles.

« Nous faisons face à des adversaires déterminés, bien financés, qui n’abandonneront jamais et changent tout le temps de tactique. C’est une course aux armes, et nous aussi nous avons constamment besoin de nous améliorer », explique le communiqué.

Selon un article du New York Times, relayé sur le compte Twitter de Facebook, des responsables de l’entreprise ont indiqué lors de réunions au Congrès que « la Russie pouvait être impliquée » dans cette affaire.

Facebook indique également avoir trouvé « des liens » entre les comptes supprimés « et les comptes de l’Internet Research Agency (une organisation russe, ndlr.), désactivés l’année dernière ».