Egypte : Moubarak transféré de l’hôpital vers la prison de Tora
18 avril 2013
Lavieeco (26225 articles)
Partager

Egypte : Moubarak transféré de l’hôpital vers la prison de Tora

La Cour d’appel du Caire avait fixé mercredi au 11 mai la date du nouveau procès contre l’ancien président Hosni Moubarak et de son ministre de l’Intérieur Habib al Adly, condamnés à  la prison à  vie pour le meurtre de manifestants lors de la révolution du 25 janvier 2011.

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak, poursuivi pour le meurtre de manifestants lors de la révolution de 2011, a été transféré jeudi matin à la prison de Tora, selon l’agence de presse Mena.

Ordonné mercredi par le procureur général d’Egypte sur la recommandation d’une équipe d’experts médicaux, ce transfert à la prison de Tora où sont incarcérés les symboles de l’ancien régime, a été retardé par une manifestation de centaines de partisans de Moubarak.

La Cour d’appel du Caire avait fixé mercredi au 11 mai la date du nouveau procès contre l’ancien président Hosni Moubarak et de son ministre de l’Intérieur Habib al Adly, condamnés à la prison à vie pour le meurtre de manifestants lors de la révolution du 25 janvier 2011.

Cette nouvelle date a été décidée par la Cour d’appel du Caire après la décision rendue publique, samedi dernier, par le juge chargé du procès en appel de l’ancien président égyptien qui avait décidé de transmettre l’affaire à une autre juridiction.

Le magistrat a déclaré qu’il se trouve « dans l’embarras », après avoir acquitté les personnes inculpées dans l’affaire de la « bataille des chameaux ».

Lundi dernier, la cour d’appel du Caire a également décidé de libérer Moubarak dans l’affaire du meurtre de manifestants et il reste détenu dans le cadre d’autres affaires liées au détournement de fonds des palais présidentiels.

L’avocat de l’ancien président, détenu depuis avril 2011, avait demandé la libération de son client conformément au Code de procédure pénale qui fixe la durée de détention préventive à deux ans dans ce genre de procès.

Agé de 83 ans, l’ancien président égyptien sera jugé pour corruption et meurtres de manifestants tués lors des manifestations appelant à son départ.

Le 13 janvier dernier, la cour de cassation avait décidé d’accepter l’appel des prévenus et ordonné la tenue d’un nouveau procès » pour l’ancien rais, son ministre de l’Intérieur Habib Al Adly et six anciens hauts responsables de la Sécurité.

L’ancien président égyptien avait été condamné le 2 juin à la prison à vie au terme d’un jugement ayant commencé le 3 août 2011 et été considéré comme le procès du siècle en Egypte.

Au total, 45 audiences ont eu lieu dans le cadre de l’instruction judiciaire au cours de laquelle la cour a recueilli les dépositions de dizaines de hauts fonctionnaires, de deux anciens Premiers ministres, du directeur du Service de renseignement général et de plusieurs membres du Conseil supérieur des forces armées dont son ancien chef, le maréchal Hossein Tantaoui.

Parmi les chefs d’accusation retenus contre Hosni Moubarak figurent « homicides volontaires et tentative de meurtre de manifestants », abus d’influence, dilapidation délibérée de fonds publics et d’enrichissement privé illicite.

Lavieeco

Lavieeco