Décès du colonel Ait Said Ben Hammou, une figure du mouvement de libération dans les provinces du sud

Le défunt est considéré comme l’un des éminents acteurs de la lutte pour l’émancipation et l’indépendance du Royaume.

Avec la disparition dimanche à Casablanca de feu Ait Said, dit Ben Hammou, le Maroc a perdu une figure de la résistance et l’un des fondateurs de l’armée de libération dans les provinces du sud.

Résistant de la première heure, le défunt est considéré comme l’un des éminents acteurs de la lutte pour l’émancipation et l’indépendance du Royaume et est connu pour être l’architecte et pour avoir mené plusieurs actions contre le colonisateur dans les zones où il était responsable, a souligné le Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération dans un communiqué annonçant son décès.

Le Haut-commissariat a indiqué que le défunt Ben Hammou, né en 1923 à Marrakech, s’est engagé dans les rangs de la résistance armée dans sa ville natale où il a pris part, le 15 août 1953, à la célèbre manifestation d’Al Mechouar et a conduit de nombreuses opérations contre l’occupation. Par la suite, il a regagné la ville de Casablanca, puis Rabat où il est entré en contact avec des figures emblématiques du mouvement de résistance, dont Maâlem Hammou et le martyr Mohamed Zerktouni qui l’a chargé notamment de la mission d’entrainement des membres de l’armée de libération dans le nord du Royaume.

Le regretté a également rejoint les rangs de l’armée de libération dans le Moyen et Anti-Atlas où il a participé à nombre de combats contre les forces coloniales. Dans la période qui a suivi, l’action la plus emblématique de feu Ait Said demeure la création de l’armée de libération à Aït Baamrane et dans les provinces du sud récupérées