Casablanca : les Istiqlaliens envisagent de porter le dossier des horodateurs devant la justice

Les élus istiqlaliens de la métropole menacent de déclencher une procédure judiciaire contre le bureau exécutif du Conseil de la ville. Et pour cause, ils contestent les conditions de concession de la gestion et de l’exploitation des places de stationnement et des parkings de la ville à Casa Développement.

El Houcine Nasrallah, chef du groupe Istiqlal et président de la commission d’urbanisation, explique que la convention signée par les deux parties contient plusieurs anomalies. D’abord, selon les termes de la convention, Casa Développement a le droit d’exploiter toutes les zones relevant du territoire de la Commune urbaine de Casablanca. «Or, le contrat de Pack Parking, société d’horodateurs opérant dans l’arrondissement de Sidi Belyout, n’arrivera à échéance qu’à fin 2017», explique l’élu. Le deuxième point relevé par El Houcine Nasrallah porte sur le mode de passation de ce marché. En effet, bien qu’elle soit une Société de développement local, Casa Dév a le statut d’une SA (société anonyme). «Dès lors, et en se basant sur la loi sur la passation des marchés publics, le Conseil de la ville devait lancer un appel d’offres et choisir la meilleure proposition. Cela n’a pas été le cas, chose qui a donné lieu à une hausse importante (50%) des prix de stationnement dans la ville», développe-t-il. Et d’ajouter : «Nous avons relancé le CUC sur ce sujet et d’autres à plusieurs reprises, en vain. A cet effet, si le président refuse toujours de répondre à nos remarques, nous allons porter l’affaire devant la justice».