Casablanca : La première pierre de l’Ecole Centrale bientôt posée

Les travaux de construction de l’Ecole centrale de Casablanca (ECC) devraient être entamés dans les semaines prochaines, a annoncé, lundi à  Rabat, le ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, Abdelkader Amara.

« La construction de l’ECC sera entamée dans les semaines prochaines, après le choix d’un cabinet d’architecture maroco-français », a précisé M. Amara lors d’un point de presse sur l’état d’avancement du projet de l’ECC.

« L’Ecole centrale de Paris (ECP), qui est de renommée internationale, ouvrira grand ses portes à la formation d’ingénieurs de haut niveau, ce qui aura un impact positif sur l’économie marocaine, notamment sur les domaines de l’industrie et des technologies, ainsi que sur les pays subsahariens et de l’Afrique du Nord », a déclaré à la MAP M. Amara en marge de la conférence de presse.

Le ministre a, dans ce cadre, fait savoir qu’un master spécialisé sera dispensé par l’ECP via l’ECC, afin de former les ressources humaines nécessaires pour les secteurs prometteurs de l’économie nationale, notamment celui de l’industrie.

« Ce projet vise à donner un nouvel élan au domaine de la formation dans les hautes technologies », a-t-il ajouté, mettant l’accent sur l’intérêt crucial accordé par le Royaume à la formation des ressources humaines, d’autant plus que l’attraction des investissements directs étrangers est axée notamment sur la disponibilité des ressources humaines qualifiées, compétentes et capables de s’adapter aux nouvelles technologies.

Dans ce cadre, M. Amara a fait savoir que le Maroc commence à se tailler une place importante sur la scène internationale dans les domaines de l’automobile, de l’aéronautique, de l’électronique et de l’agroalimentaire.

Pour sa part, le directeur de l’ECP, Hervé Biausser, a estimé que « l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche passe par une coopération internationale ambitieuse », relevant que le choix du Maroc a été basé sur la proximité culturelle avec la France et sur les projets de développement entamés par le Royaume, notamment dans le domaine de l’éducation.

M. Biausser n’a pas manqué de mettre l’accent sur l’excellence des étudiants marocains inscrits à l’ECP, relevant que parmi les 500 élèves admis à l’Ecole durant l’année précédente, figurent 49 étudiants marocains.

« Ce projet ne se limite pas au territoire marocain, mais il devrait être l’un des projets emblématiques de l’enseignement supérieur dans toute l’Afrique subsaharienne », a-t-il indiqué, notant que les étudiants qui viendront étudier à l’ECC seraient originaires, outre le Maroc, de l’Afrique subsaharienne et de la France.

Par ailleurs, M. Amara a présidé lundi la réunion du Comité de pilotage du projet de mise en place de l’ECC, qui est chargé du suivi de la mise en œuvre de la convention relative à la création de l’Ecole, conclue le 3 avril dernier sous la présidence effective de SM le Roi Mohammed VI et du Président de la République française, François Hollande.

En matière de gouvernance, il a été annoncé la création de la Fondation Ecole centrale Casablanca (FECC), à l’issue de la tenue de l’assemblée générale constitutive de ladite Fondation, dont la présidence est assurée par le ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies.

Chargée de la mise en place et de la gestion de l’ECC, la Fondation est dirigée par un conseil d’administration composé notamment de représentants du ministère de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, du ministère de l’Economie et des finances, de l’ECP et de l’Association des centraliens du Maroc.

Un projet de loi portant création de l’ECC est en cours d’élaboration.

S’agissant du volet pédagogique, le recrutement de l’équipe de direction de l’ECC est prévu pour le premier semestre 2014. Cette équipe se penchera sur le développement d’un programme de formation continue, « master spécialisé », pour la rentrée de septembre 2014, conformément aux termes de la convention d’appui à la mise en place de l’ECC pour l’année 2013.

A cet effet, des rencontres ont été tenues entre des responsables de l’ECP et des entreprises, ainsi que d’autres acteurs économiques, en vue de proposer un master adapté aux besoins du marché.

La création de l’ECC, qui sera édifiée sur 5 hectares à la commune urbaine de Bouskoura à Casablanca, s’inscrit dans le cadre de la dynamique instaurée par le Pacte national pour l’émergence industrielle visant à améliorer la performance et l’efficacité du dispositif de formation afin qu’il puisse répondre au mieux aux besoins des investisseurs.

Le partenariat de l’ECP avec le Maroc est le deuxième du genre après celui établi avec Pékin en 2005. Le choix de l’ECP porté sur Casablanca, en Afrique, atteste de l’attractivité du Maroc qui s’affirme davantage grâce à un projet de développement industriel ciblé.