Archive

Ça ne rate jamais ! Au mois de janvier de chaque année, des professionnels de tel ou tel secteur sont surpris par une disposition de la Loi de finances qu’ils n’avaient pas vue. Cette année, c’est au tour des minotiers

Condamné à deux mois d’interdiction, le magazine arabophone Nichane, n’a pas baissé les bras pour autant. La rédaction de l’hebdomadaire a en effet décidé de publier huit pages qui seront encartées dans le numéro du samedi 27 janvier de l’autre

Erratum

Dans le dossier publié dans notre numéro du 5 janvier au sujet des performances des sociétés cotées, une erreur s’est glissée au sujet de la valorisation de Mediaco (introduite en Bourse en 2006) et donc de sa performance qui est

Les enfants marocains ne sont pas portés sur la lecture. La cause ? Le prix des livres, bien sûr, mais aussi d’éducation : le goût de la lecture se forme dès la petite enfance, lorsque les parents
ont pris le temps de raconter des histoires à  leurs enfants. Etat des lieux.

La société civile monte au créneau pour protester contre le retard dans l’application des recommandations de l’IER.

9 280 victimes devraient recevoir entre 15 000 et 1,4 million de DH chacun selon le préjudice subi.

Le CCDH explique le retard par la nécessité d’avoir une approche globale : indemnités matérielles, réinsertion sociale et couverture médicale.

«La croissance passe par la Bourse» en 1997. «Soyons au rendez-vous de la croissance» en 2000 et «Créateur de Valeurs» en 2004. Les signatures de la Bourse de Casablanca ont changé au fil des ans, mais jamais son logo. Aujourd’hui,

Les gros œuvres coûtent entre 1 000 DH et 1 300 DH le m2.
Le foncier représente jusqu’à 50 % de l’investissement initialement
prévu.
Les marges bénéficiaires des promoteurs immobiliers avoisinent
les 40 %.

D’ici 2010, le groupe multipliera son chiffre d’affaires et son résultat net par 7.
Le programme dévoilé n’inclut pas le partenariat avec Al
Qudra et CMKD Somed.
Le business, sur 4 ans, vient étayer les fondamentaux du groupe et rassurer
le marché.
Le logement social reste au coeur de l’activité.

La procédure d’inscription sur les listes comporte toujours trop de lourdeurs administratives.
L’Intérieur devant un dilemme : faciliter l’inscription
sur les listes électorales et éviter les fraudes et les doublons.
Généraliser la CIN ? Impossible à  réaliser en quelques
mois.

Nous sommes à  notre dixième accord de libre-échange,
en comptant celui de Singapour. Demain ça sera avec «l’île Waq Waq» que nous démantèlerons nos tarifs douaniers. Pourquoi sommes-nous portés à  signer des accords aux grands enjeux ? Par intériorisation du libéralisme ?
Par résignation au nouveau rapport de forces ?
Par effet d’imitation ?