Perquisition de la banque chinoise ICBC à Madrid dans une enquête pour blanchiment

Des agents de la garde civile espagnole menaient mercredi une perquisition au sein d’une succursale de ICBC, la plus importante banque chinoise, dans le cadre d’une enquête la visant pour le blanchiment de 40 millions d’euros, a annoncé la garde civile.

La garde civile « mène une perquisition au siège de ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) Europe SA pour sa responsabilité pour un délit présumé de blanchiment d’argent », selon un communiqué.

« L’enquête a montré comment, depuis la succursale de Madrid, on facilitait l’introduction dans le circuit financier de fonds résultant de délits présumés de contrebande, contre le trésor public ».

La banque aurait facilité le blanchiment d’argent par des commerçants qui importaient des articles sans les déclarer, ce qui relève de la contrebande, et ne déclaraient pas les gains, d’où la fraude fiscale.

Ensuite, sans s’assurer que les fonds qui étaient déposés dans ses comptes étaient d’origine légale, elle les renvoyait en Chine, ce qui relèverait, si c’est prouvé, du blanchiment d’argent. Les montants en jeu atteignent « pour l’instant » 40 millions d’euros, selon la garde civile.

Une source proche de l’enquête a de son côté expliqué que l’organisme européen Europol, qui permet aux polices de l’UE d’échanger des informations, était associé à l’investigation menée par un juge de Parla, dans la région de Madrid, car ce même mécanisme pourrait exister dans d’autres pays.

Certains médias espagnols ont rapporté des interpellations, mais cette information n’a pas été confirmée par la garde civile.