La Russie enterre ses premières victimes du crash de l’Airbus A321

La Russie a commencé jeudi à enterrer les premières victimes du crash de l’Airbus A321 de la compagnie Metrojet qui s’est écrasé il y a cinq jours dans le Sinaï égyptien pour des raisons encore inconnues, faisant 224 morts.

A Novgorod, une ville de 200.000 habitants située 200 km au sud de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), Nina Louchtchenko, âgée de 60 ans, a été enterrée en présence de plusieurs centaines de personnes, a constaté une journaliste de l’AFP sur place.

« Nous travaillions ensemble. Je n’arrive pas encore à croire à ce qui s’est passé », a confié à l’AFP Tamara Timofeïeva, qui travaillait avec elle à la cantine d’une école de Novgorod, où a été organisée une cérémonie funéraire en l’honneur de la victime.

Pour identifier le corps de sa mère, la fille de Nina Louchtchenko s’est rendue à Saint-Pétersbourg, ont raconté ses proches.

Sous le choc, les proches de Nina Louchtchenko ne cherchaient pas à désigner de coupable pour ce crash, un drame aérien sans précédent pour la Russie.

« Ce n’est pas le moment de parler de politique. Nous avons de la peine et la politique n’a pas sa place ici », a déclaré Alexandre Afanassiev, 50 ans.

« Je ne sais pas qui est coupable. Ils disent que c’est une bombe, mais que puis-je dire? », a estimé Semion Guerassimenko, qui participait à la cérémonie religieuse organisée dans une église du centre de Novgorod.

Une autre victime du crash, Alexeï Alexeïev, a pour sa part été enterré jeudi à Saint-Pétersbourg.

Au total, quinze habitants de Novgorod et de sa région, dont un enfant, ont péri dans l’accident, selon l’administration régionale de Novgorod.

Cinq jours après le crash, Londres et Washington privilégient ouvertement la thèse d’une bombe placée à bord de l’avion tandis que les enquêteurs tentaient encore d’extraire les données de l’une des deux boîtes noires, celle des paramètres de vol. L’autre boite noire contenant les conversations de l’équipage, endommagée, demandera beaucoup de travail avant de pouvoir être exploitée.