Hollande: « le retour de l’Iran sur la scène internationale est désormais possible »

Le président français François Hollande, qui doit recevoir la semaine prochaine son homologue iranien Hassan Rohani à Paris, a estimé jeudi que « le retour de l’Iran sur la scène internationale était désormais possible », après l’accord historique sur le nucléaire entré en vigueur samedi dernier.

« Le retour de l’Iran sur la scène internationale est désormais possible. Mais il ne dépend que de ce grand pays de le réussir », a déclaré M. Hollande à l’Elysée, estimant que Téhéran devait « administrer la preuve » de sa bonne volonté, et que tout se jouerait sur « la mise en oeuvre » de l’accord.

Le président français a également appelé à la « désescalade » entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, les deux grands rivaux régionaux, qui ont rompu leurs relations diplomatiques début janvier après l’exécution d’un dignitaire chiite par Ryad.

« Une désescalade est nécessaire », a insisté M. Hollande, assurant que la France était « prête à jouer tout son rôle car elle est dans la situation singulière d’être capable de parler à tous, pour tous ».

« Comme je reçois le président iranien, j’ai aussi la volonté d’avoir les meilleures relations avec les pays du Golfe », a ajouté M. Hollande, artisan d’un net rapprochement de la France avec les pays sunnites de la région, en particulier l’Arabie Saoudite. « Nos partenaires peuvent compter sur la France. Ils le savent », a déclaré le président français, qui a aussi annoncé qu’il se rendrait prochainement en Egypte, en Jordanie et à Oman pour discuter des tensions régionales.

Téhéran et Ryad s’affrontent par guerres interposées dans la région, en Irak, en Syrie, au Yemen et au Liban.

La France doit « tout faire pour contribuer à la stabilité du Moyen-orient », a-t-il dit.