Voyager aux Etats-Unis : conseils d’usage pour nos hommes d’affaires

Le formalisme n’est pas de rigueur aux Etats-Unis, mais un faux pas pourrait vous coûter cher. Si les Américains ont l’habitude de s’appeler par leur prénom, quel que soit le niveau hiérarchique, ils préfèrent garder une certaine distance physique. Le contact rapproché n’est pas d’usage, il faut laisser à  son interlocuteur un espace vital suffisant de deux pieds en général. Quant à  la poignée de main, ou handshake, elle doit être franche et énergique : on secoue le bras deux fois, tout en regardant la personne droit dans les yeux.

A faire

En affaires, avec les Américans, on va droit au but et on ne tourne pas autour du pot.

Les relations ne sont pas basées sur l’affect.

Time is money, la ponctualité est exigée car le temps est précieux. Il est même bien vu d’arriver quelques minutes en avance.

La sobriété, que ce soit dans la tenue vestimentaire -en particulier pour les femmes- ou le langage. La vulgarité est très mal perçue.

La familiarité est d’usage et l’emploi du prénom est la règle de la standardiste au PDG.

On s’appelle immédiatement par son prénom. On parle très facilement de sa famille, de ses enfants.

Il est vivement recommandé de présenter la succes story de son entreprise sous la forme d’un catalogue (historique, chiffre d’affaires, événements majeurs, etc.). Par ailleurs, l’executive summary (document synthétique qui doit vendre votre projet à vos interlocuteurs) d’une vingtaine de pages maximum sera également apprécié.

Pour marquer la conclusion du contrat, l’usage est de serrer la main de vos différents interlocuteurs.

A ne pas faire

Les embrassades sont très peu tolérées.

De manière générale, il faut éviter de parler de religion ou de politique.

S’abstenir de fumer car la quasi-totalité des lieux publics sont non fumeurs.

Conseils généraux

De manière générale, aux Etats-Unis, les relations humaines se caractérisent par le KIS (keep it simple). La simplicité est de rigueur. Les Américains privilégient les choses simples et concrètes, le formalisme n’a pas sa place.

L’aspect juridique et légal ne doivent pas être négligés. Les Américains sont généralement accompagnés de leur avocat. Le contrat est la règle pour régir une transaction. Contrairement au Maroc, où les relations d’affaires sont davantage basées sur des rapports de confiance, aux Etats-Unis les affaires se traitent en présence des avocats. Ce n’est pas un signe de méfiance, juste une règle.

Lors d’une réunion, ne soyez pas étonné si le PDG vous présente tout son staff et s’il vous met en relation directe avec ses collaborateurs pour traiter la suite de la transaction. Tout ne se fait pas entre personnes du même grade, contrairement au Maroc.

L’emploi du prénom est la règle du standardiste au PDG.

Les Américains ignorent généralement tout de l’Afrique. Inutile de s’en formaliser. Une bonne connaissance de l’actualité américaine sera fortement appréciée.