Vous voulez relancer votre carrière ? Pensez au bilan de compétences.

Tournant de carrière, accident de parcours, démotivation, un bilan de compétences est important dans les moments clés. Il coûte entre 10 000 DH et 20 000 DH.

L’emploi à vie n’existe pratiquement plus. Si ce n’est pas l’entreprise qui décide de se réorganiser avec des départs à la clé, ce sont ses ressources qui prennent la clé des champs pour manque de motivation, améliorer leur situation financière ailleurs ou relancer une carrière qui commençait à s’essouffler. Le choix de la direction à prendre n’est cependant pas de tout repos. «Il est indispensable de construire un projet professionnel solide, qui tient compte des aspirations et des aptitudes», conseille Hassan Chraibi, directeur associé du cabinet Ingea Conseil. En somme, plutôt que de se lancer dans une aventure hasardeuse, mieux vaut donc apprendre à se connaître, comprendre ses propres réactions et ses attentes. Comment ? En faisant un bilan de compétences. «Il ouvre avant tout des horizons, des pistes à entreprendre mais nécessite auparavant une remise en cause», commente Chantal Aounil, responsable recrutement chez Bil Consulting.

Toutefois, les spécialistes en RH estiment qu’il n’est pas opportun d’attendre les moments difficiles pour l’entreprendre. «On peut éprouver le besoin de tout remettre à plat si l’on estime qu’on a pris une mauvaise orientation après une première expérience professionnelle tout comme on peut l’entreprendre après un bon nombre d’années et que l’on souhaite redémarrer sur de bonnes bases», souligne Mme Aounil.

C’est également l’occasion, pour un débutant, de se préparer à affronter l’avenir : mieux cerner son potentiel, construire un argumentaire et se positionner sur le marché de l’emploi.

Bien choisir son prestataire

Techniquement, le bilan repose généralement sur des entretiens individuels ou collectifs. Il peut intégrer notamment des batteries de tests comme celles utilisées pour un recrutement. «Bien entendu, toute personne peut s’arrêter à la phase d’entretiens et auto-diagnostic, mais le plus important est de constituer un plan d’action et le mettre en œuvre s’il s’agit par exemple d’une reconversion», note Mme Aounil.
Le bilan peut s’effectuer en plusieurs séances et peut même dépasser trois mois. En effet, un vrai bilan doit en principe comporter plusieurs étapes (entretiens préliminaires, auto-diagnostic, travail d’inspection, constitution d’un plan d’actions).

Le plus important, c’est de bien choisir le cabinet chargé de l’opération. «Le professionnalisme du consultant est indispensable. Toute la réussite du bilan tient à son adaptation au contexte de l’individu», souligne Hassan Chraibi. En effet, il y en a qui proposent un bilan sur mesure à partir d’une batterie de tests, mais qui sont incapables de faire le bon diagnostic. C’est comme un médecin qui ne peut pas lire les résultats d’une analyse.

Le coût du bilan est quelque peu élevé. Il faut compter entre 10 000 et 20 000 DH pour une prestation complète.

A lire aussi :

Bilan de compétences : Les tests auxquels vous pourrez être soumis

Bilan de compétences : Avis d’Abdelkrim Sekkak, DRH de Vivo Energy

Bilan de compétences : Questions à Chantal Aounil, Responsable recrutement chez Bil consulting

Bilan de compétences : Avis de Hassan Chraibi, Directeur associé du cabinet Ingea Conseil