Vie professionnelle ou privée, des cadres font part de leurs souhaits pour cette année

Ahmed kouddane
Directeur associé du cabinet synthèse
«Conquête de marchés, formation, communication, les challenges de 2005»
«Nous comptons débuter l’année 2005 sous de bons auspices. Cette année sera celle de l’ouverture et de la promotion de nos produits. L’année 2004 a été, pour nous, une année charnière : il fallait consolider nos affaires, gagner de nouveaux marchés, innover en matière de solutions informatiques…
Cette année, nous comptons communiquer plus amplement sur nos produits, notamment en matière de mise en place de centrales de risques, outils encore peu développés dans les entreprises. Nous sommes spécialisés dans le secteur financier et envisageons de diffuser d’autres produits concernant ce secteur d’activité.
Nous sommes également une entreprise très jeune qui a besoin d’être plus structurée et par conséquent, il faut mettre en place une démarche qualité afin de mieux affiner notre intervention auprès des clients. Par la même occasion, nous serons amenés à recruter et à former certains profils sur nos produits. Tous ces challenges ne font qu’accroître ma motivation personnelle pour pouvoir être plus professionnel mais aussi plus crédible auprès de la clientèle.»

Marouane Bentalha
Responsable marketing et commercial
«Cette année, je me forme !»
«C’est décidé ! Cette année je reprends les cours. Anglais, espagnol et, pourquoi pas, un cycle supérieur en marketing. Avec un bon bagage, on se démarque aussitôt devant un manager, un client, un fournisseur…. En outre, l’environnement externe vous oblige à rester en veille par rapport aux dernières nouveautés. J’entends aussi me fixer de nouveaux challenges sur le plan professionnel. Je suis très combatif et les défis ne m’impressionnent pas.
Le côté santé n’est pas en reste. Pour pouvoir relever les défis, il faut être bien armé. J’entends physiquement ! Du coup, je compte prochainement reprendre une activité sportive. C’est primordial pour l’équilibre.»

Ali Zarhali
DG de MCRM consulting
«Les entreprises doivent mutualiser leurs efforts et les villes être gérées comme des entreprises»
«La première résolution, c’est de faire le bilan de l’année écoulée. Les entreprises, déjà habituées à cet exercice, et les individus, dans leurs carrières, doivent analyser et expliquer les écarts entre les prévisions et les réalisations pour en tirer des leçons, s’améliorer, innover, fixer de nouveaux objectifs pour l’année à venir et explorer de nouvelles voies. La différence réside dans la manière de faire son bilan.
Deuxième résolution : les entreprises en général et les PME/PMI en particulier doivent se mettre en réseau pour faire des affaires ensemble. Pour tenir compte de la mondialisation, des accords de libre échange, du nouveau paysage européen avec l’entrée prévue de la Turquie, et pour aller à la conquête de nouveaux marchés étrangers, les entreprises sont appelées à mutualiser leurs efforts et exploiter les synergies et les complémentarités. Le marché a de plus en plus besoin de solutions globales. L’utilisation des technologies de l’information et la mise en place de véritables systèmes d’intelligence économique de l’entreprise sont deux facteurs de production incontournables.
Troisième résolution : gérer nos villes, nos communes et nos régions comme des entreprises ( business plan, communication, ressources humaines, politique de financement, relations internationales, etc.) car la compétitivité internationale d’un pays est liée désormais aux spécificités des régions qui le composent. Après avoir été bénéficiaires des aides et subventions ainsi que des investissements de l’Etat, les régions devront prendre en charge leur développement. Ceci a pour finalité de les amener à drainer les investissements et les entreprises adaptés à leurs potentialités. Poser les premiers jalons de cette réflexion en 2005 sera une avancée importante. Pour ce faire, investir dans les métiers du développement régional, c’est un appel pour les entreprises, les régions et l’Etat.»

Mohamed Arrif
Informaticien
«Mariage, appartement, enfants, l’épanouissement vient aussi de ce côté»
«Chaque année, on a plein de bonnes résolutions. Mais on n’est pas sûr de pouvoir les mettre en œuvre. En fait, tout dépend de la personne. Pour ma part, j’ai mis mes projets professionnels en berne pour la simple raison que je me suis décidé de m’investir davantage dans ma vie privée. A 35 ans, je suis encore célibataire. Je ne compte pas le rester toute ma vie. J’ai besoin de m’installer à mon compte et ne plus dépendre de mes parents, de chercher le conjoint idéal, avoir des enfants… Avoir une vie normale. C’est pour moi un tournant.»

Kamal C.
Cadre commercial
«Intégrer une grande structure et renforcer mon relationnel»
«J’entends changer d’entreprise cette année. C’est MA résolution. Bien que la structure actuelle m’offre un poste valorisant et un salaire motivant, je dois dire que les relations internes sont malsaines. Il m’est impossible d’accomplir correctement mon travail en raison de la rétention de l’information. La situation est devenu intenable, alors que j’ai besoin de m’affirmer davantage. Aujourd’hui, je souhaite intégrer une grande structure et mettre en pratique mes connaissances, acquises à l’étranger.
Par ailleurs, j’envisage d’accroître mon réseau relationnel. J’étais en effet absent du Maroc pendant 5 ans, ce qui m’a fait perdre beaucoup de contacts. J’estime que c’est important pour booster sa carrière.»

Ahmed B.
Freelance
«A cinquante ans, je dois absolument trouver un emploi stable»
«Chaque année, je me dis que c’est la bonne. Les bonnes résolutions qu’on prend ne tiennent généralement pas la route, mais c’est une façon de positiver le nouvel an. Pour ma part, j’ai pris deux décisions importantes. La première concerne la quête d’un emploi stable. Depuis quelques années, j’ai opté pour le freelancing, mode de travail qui me convient. Je gagne bien ma vie. Seul hic : j’atteins les 50 ans. Plus vous avancez en âge, plus vous avez du mal à trouver du boulot. C’est pourquoi, je veux me stabiliser et profiter par la même occasion de ma retraite, dans quelques années. La deuxième résolution concerne plutôt l’aspect privé. J’envisage de prendre une longue période de vacances. Cela fait longtemps que je n’en ai pas pris.»

Samira Mounib
Chef d’agence
«Je mangerai plus équilibré pour plus de dynamisme au travail»
«Je n’ai pas de projets particuliers pour l’année 2005. Mes souhaits ont été exaucés durant 2004. Je viens d’être promue au sein de mon entreprise avec une augmentation de salaire. Je pense que cette année sera l’occasion de prouver que cette promotion ne doit rien au hasard. J’ai tout de même quelques petites résolutions pour bien commencer l’année. Pour commencer, je souhaite pratiquer un sport, mieux prendre soin de moi et évacuer le stress. D’un autre côté, j’envisage de supprimer les repas rapides à midi (sandwiches, pizzas…). Je veux manger équilibré pour être plus dynamique au travail. Malheureusement, beaucoup de personnes négligent cet aspect et ne font pas attention au contenu de leur assiette.»

Aziz Belhaj
Chef de projet
«Je compte déléguer de plus en plus»
«J’ai toujours eu du mal à formuler clairement mes objectifs et mes projets. Ceci est probablement dû à mon manque d’organisation. Malgré des efforts répétés, mon bureau est un véritable foutoir et il est temps de prendre le taureau par les cornes. A commencer par prendre une demi-heure chaque matin, tôt si possible, pour mettre au clair les tâches de la journée. 24 heures, c’est trop court pour gérer tous les problèmes. Il m’arrive même de travailler les week-ends pour finir de boucler certains dossiers. Déléguer et s’organiser sont mes mots d’ordre pour l’année 2005. Il m’arrive rarement de le faire par crainte que les collaborateurs ne fassent pas correctement le travail. Ceci dit, je me soigne. Depuis quelque temps, je délègue progressivement tout ce qui n’est pas urgent ou important.».