Veillez à  rester cohérent avec vos choix !

J’ai été recruté il y a six mois pour assister le DG dans la mise en place d’un nouveau système d’information. En fait, au début, il était question que j’étoffe mon équipe mais, avec la crise, il n’est plus question de recrutement. Je fais le travail de 4 personnes !
Je ne ménage pas mes efforts et suis très impliqué dans ce projet qui va impacter toute l’entreprise. Mais, là , je pense que le salaire que je perçois est très en dessous de mes performances. Je pense donc à  demander une augmentation à  mon DG. Que me conseillez-vous ?

Je comprends que cela ne doit pas être facile pour vous. Mais d’un autre côté, nous ne pouvons travailler dans une entreprise en restant sourd à ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur. Aussi, prenez le temps de bien réfléchir, et, pourquoi pas, de prendre quelques jours de congé avant de prendre votre décision.

Apportez des résultats tangibles

La raison d’être de votre fonction est claire : la refonte du système d’information de l’entreprise. Pour l’instant, et ce, même si vous travaillez beaucoup, vous n’avez pas encore atteint ce résultat. Vous en êtes au stade de projet, vous êtes donc perçu plus comme un centre de coûts que de profits. D’autant que ces derniers n’apparaissent que plusieurs mois, voire des années après l’implémentation.
Aussi, il me semble que revenir à la charge sur la question de votre salaire dans ce timing, et qui plus est combiné avec une situation économique peu réjouissante pour votre entreprise, serait pour le moins…maladroit.

Bonus versus augmentation de salaire

Certes, les temps sont durs et pas forcément aux recrutements à tour de bras. Ce qui va engendrer automatiquement une surcharge de travail. Mais cela ne signifie pas que les salaires devront être indexés à cette nouvelle donne…je dirais même bien au contraire !
Augmenter un salaire n’est pas un fait fortuit. Et quand cela arrive, on sait qu’il s’agit alors d’inscrire dans la pérennité une charge supplémentaire à l’entreprise. Et c’est la raison pour laquelle elle est plus difficile à obtenir qu’un bonus. Aussi, préférez l’option du bonus, proposez à votre employeur d’en revoir le montant ou encore les modalités.
Mais attendez encore une fois d’avoir atteint des jalons importants et visibles de votre projet. Car, dans le cas contraire, vous risquerez une fin de non-recevoir….

Les temps de crise

C’est dans les périodes de crise que les innovations sont les plus nombreuses ! Et la raison en est simple : moins de moyens, donc plus de «remue-méninges» pour réussir ses objectifs malgré tout.
Il est de bon ton de dire que l’entreprise doit s’adapter à ses salariés. Mais l’inverse est d’autant plus vrai en période de crise !
Soyez réaliste, essayez par exemple de vous mettre quelques instants à la place de votre DG : faire face à ses engagements, avec un flux de business qui va au ralenti !
Alors oui, vous devez augmenter le rythme, oui, les journées de travail sont plus longues, oui vous auriez besoin d’étoffer votre équipe, mais avez-vous le choix ?
Si vous décidez de relever ce défi, vous devrez le faire en prenant en compte les paramètres dans leur globalité.

Dans le cas contraire, et si vous sentez que ce que l’on vous demande est impossible vous pouvez faire de nouvelles propositions, des aménagements de délais dans le cadre du projet, ou encore quitter cette entreprise.
Mais quelle que soit votre décision, veillez à rester cohérent avec vos choix !