Un manque de rigueur dans le processus peut conduire à  des ratés

Khalid Lahbabi, DRH du groupe CMCP

La Vie éco : Comment évaluez-vous vos besoins de formation ?

K.L.: La formation s’inscrit dans un processus qui a pour objectif de doter les collaborateurs des compétences requises dans leur rôle actuel et en prévision des évolutions de leur environnement de travail. Pour que le plan de formation soit pertinent, nous l’alimentons par les besoins qui émanent, d’une part, des plans de développement personnels et, d’autre part, des projets structurants de l’entreprise tels que les investissements.
Le plan de développement personnel est intéressant dans le sens où il aligne les objectifs individuels de résultat et de carrière avec les objectifs globaux de l’entreprise, sur la base d’entretiens avec la hiérarchie. Ceci dans le but de calibrer et valider les besoins.
L’ingénierie de la formation se déroule en suite en exploitant les différents outils RH pour mettre en cohérence l’ensemble des actions tout en veillant à l’équilibre entre les différentes catégories.
Dans la philosophie de développement que nous adoptons, la formation doit intervenir pour compléter ce qu’apportent, d’une part, la nature du travail de chacun et, d’autre part, le coaching. Il est important que le contenu de chaque formation, qui est considérée comme un investissement, réponde au besoin du collaborateur et de l’entreprise. Dans ce souci, une attention est portée sur le programme, la pédagogie, les supports de formation mais aussi du cadre de déroulement.
Par ailleurs, nous opérons dans un environnement industriel dans lequel nous sommes leaders. Nous devons cette réussite à la mobilisation de l’ensemble de nos compétences, qu’elles soient techniques, managériales ou comportementales et donc tous ces thèmes sont abordés avec le même intérêt.

Préférez-vous les dispenser en interne ou en externe ? Et pourquoi ?

Les formations en interne supposent l’existence d’une expertise interne sur un sujet, combinée à une aisance d’animation. A chaque fois que cela est possible, c’est la solution que nous favorisons. Dans ce cas, il est important que le formateur, qui a également d’autres obligations internes, puisse dégager la disponibilité nécessaire.
Les formations externes ont, elles, l’avantage d’apporter de l’ouverture pour acquérir de nouvelles expertises et parfois même préparer de nouveaux formateurs internes. Toutefois, il s’agit d’un marché où l’offre est abondante mais qui nécessite plus de vigilance et d’exigence de notre part pour répondre aux véritables besoins.

Avez-vous identifié des problèmes particuliers ou constaté des ratés ?

Le travail en amont visant la définition des actions devrait conduire à une réussite. Il est évident qu’un manque de rigueur dans le processus peut conduire à une action inadéquate. Une action peut aussi être ratée à cause de la logistique, de l’absentéisme ou de l’homogénéité du niveau et attentes des participants.

Comment sont perçues les formations par les bénéficiaires eux-mêmes ?

Généralement, les bénéficiaires apprécient leur participation. Ils sont attentifs aussi bien au contenu et à la pédagogie qu’à la logistique et au cadre de déroulement. C’est pour eux une preuve que l’on s’intéresse à eux en tant qu’individus. Ce qui est important pour eux c’est de faire le lien entre leur apprentissage et leurs attentes.