Tenue correcte exigée

J’ai un nouveau collaborateur qui a vraiment des problèmes de tenue vestimentaire qui ne correspond pas au standard de notre entreprise. Bien entendu, il semble allergique au costume mais aussi « au look » qui est très négligé et qui me gêne d’autant plus lorsque nous nous réunissons avec des personnes extérieures à  l’entreprise.
Le hic, c’est que je suis une femme et que j’ai peur si je lui en parle de le vexer…

Vous avez raison de soulever le sujet car la tenue vestimentaire, surtout en entreprise, est, qu’on le veuille ou non, une donnée qu’on ne peut occulter.
Voyons ensemble ce que vous pourriez faire…

Qui est-il ?

Nous le savons, les évidences sont rarement partagées…
Et ces évidences se construisent au fur et à mesure de notre vie, nos expériences passées et nos référentiels.
Il est donc possible que votre collaborateur a par exemple travaillé dans une entreprise qui privilégiait le «casual» toute la semaine, ou encore est-ce son premier job et il ne sait pas «ce qu’il faut faire»…
Cela peut aussi être une question de moyens comme cette cliente qui m’avait confié avoir hésité entre deux candidats pour un poste et finalement retenue la personne qui semblait compétente mais qui avait un sérieux problème de tenue vestimentaire. Quelques jours après la première paie, cette candidate s’était transformée en parfaite «working girl» : elle n’avait tout simplement pas les moyens de s’habiller correctement.

Dites les choses

Le non-dit est une pratique très/trop courante en entreprise, et pourtant, nous prônons à tous les étages la transparence, la confiance mais dans les faits, cela n’est pas toujours le cas.
Alors, aidez-le par votre honnêteté et le respect que vous lui démontrerez en lui disant simplement les choses…
Vous pouvez -à condition que cela soit sincère- lui faire un compliment sur une partie de sa tenue et enchaîner sur vos recommandations en la matière.
Dans tous les cas, c’est votre rôle de le lui dire, bien entendu en privé et sans développer trop le sujet, traiter ce dernier rapidement et enchaînez sur autre chose pour lui laisser le temps de «digérer» l’information.
Croyez-moi il vous sera reconnaissant de votre sincérité !

Manager ou femme ?

Vous vous posez donc la question : «En tant que femme je ne peux lui en parler puisque c’est un homme»…
Hum…

Ne seriez-vous pas en train de vous autocensurer ?

Vous positionnez-vous d’abord comme une femme et seulement ensuite comme manager au sein de votre entreprise ?
Prenez garde à ce que cette autocensure ne vous limite pas seulement à ce sujet mais à d’autres qui seraient plus importants pour accomplir pleinement votre rôle de manager et surtout votre vision !
Lorsqu’en 1963 Mary Kay décide de fonder sa société de distribution de maquillage en direct, elle ne se posait pas de limite (pour l’anecdote elle va même jusqu’à commander la première Cadillac rose pour les besoins de la sortie d’un nouveau produit). Elle est aujourd’hui à la tête d’une entreprise comptant 5 000 collaborateurs et plus de 3 millions de vendeurs en direct ! La devise de Mary Kay: «Ne vous limitez pas vous-même. Trop de gens se limitent à ce qu’ils pensent pouvoir faire. Vous pouvez allez aussi loin que votre esprit vous laissera» n

A vous de jouer !