Témoignages : Ces étudiants qui créent leurs entreprises…

Hanane Mekraoui Fondatrice de Bionat, Ayoub Jaaouani Président de Smart App Mobile, Kamal Lahlali Président de la Start-up Schola Events et Jihad Hammoucha Fondatrice de Green Electro Link.

Hanane Mekraoui : Étudiante à la Faculté des sciences Chouaib Doukkali – El Jadida,  Fondatrice de Bionat

Ma première initiation dans le monde entrepreneurial s’est faite à travers le programme Company d’Injaz Al Maghrib, il y a plus de deux ans. C’était enrichissant sur le plan personnel. J’ai voulu continuer l’aventure après. Une occasion s’est présentée de nouveau lorsque les responsables d’Injaz m’ont contactée pour intégrer leur nouveau programme Smart Start. Avec trois autres étudiantes, nous avions plusieurs idées en tête mais notre choix s’est naturellement tourné vers le secteur du développement durable. D’après une étude de marché que nous avons menée, nous avons constaté que plus de 50% des déchets retrouvés dans les décharges sont organiques. Ces derniers sont présents en grandes quantités, et les recycler permet de réduire les volumes.
Nous avons réussi à mettre en place un bioréacteur qui permet de créer du compost à un coût de fabrication réduit. Actuellement, nous sommes en phase de déposer un brevet d’innovation auprès de l’OMPIC. Le soutien d’Attijari Finances Corps a été capital dans ce sens où les responsables du groupe nous ont aidées à concrétiser toutes les démarches nécessaires et à préparer un business plan. Nous les rencontrons chaque semaine pour établir les actions à mettre en œuvre.
Nous avons également bénéficié de séances de coaching pour développer notre potentiel et notre confiance en soi. C’est important pour pouvoir approcher les entreprises, être en mesure d’argumenter, de convaincre les interlocuteurs…
Je pense que tout porteur de projet ne doit pas rester isolé dans son acte d’entrepreunariat. A mon sens quand vous avez le soutien nécessaire, l’acte d’entreprendre ne fait plus peur. Je ne rencontre pas de difficultés particulières dans ce projet, à part peut-être les déplacements fréquents. Etant encore stagiaire dans un établissement public à proximité d’El Jadida, j’effectue beaucoup de déplacements dans la semaine entre Casablanca, El Jadida et Khémis Zemamra.

Ayoub Jaaouani : Élève ingénieur à la Faculté des sciences d’Aïn Chock – Président de Smart App Mobile

J’ai tout le temps été imprégné par la culture entrepreneuriale au sein de ma famille. Du coup, je n’ai pas de crainte sur la question. En intégrant le programme Smart Start, je me suis intéressé à l’activité des applications mobiles qui a un potentiel de développement non négligeable au Maroc.
Mon projet d’entreprise porte sur la création d’applications mobiles pour entreprises, un domaine encore nouveau au Maroc. Certes, des applications existent sur la place mais notre idée est de proposer nos propres concepts de modélisation.
Cela peut toucher n’importe quelle activité de l’entreprise comme la gestion des stocks, la gestion des documents, les opérations de e-commerce… De ce fait, on peut personnaliser les applications pour n’importe quelle entreprise. Mais on ne compte pas s’arrêter à ce stade. Nous avons d’autres projets de développement de solutions comme la messagerie instantanée (genre WhatsApp) ou autre.
Je pense qu’un environnement de concurrence ne peut être que bénéfique pour l’innovation. Il suffit de voir ce que font Apple et Google au niveau international. L’une ou l’autre n’arriverait pas à ce stade de développement s’il n’y avait pas cette concurrence entre les deux en matière d’innovation. Pour moi, créer une entreprise s’inscrit dans la durée. Donc, il faut constamment innover pour rester sur le marché.
D’un autre côté, je trouve qu’il est souvent difficile de concilier entre les cours et le projet d’entreprise surtout en fin d’année où il ne faut surtout pas se relâcher  au risque de rater son année universitaire.
J’aurai l’occasion plus tard de présenter mon projet devant des investisseurs ou incubateurs potentiels pour le développer.

Kamal Lahlali : Lauréat de l’ENCG-Casablanca et président de la Start-up Schola Events

Schola Events est une entreprise qui a pour activité l’organisation d’événements dédiés aux écoles supérieures (conférences, colloques, journées d’études, voyages, sorties…). L’idée m’est venue lorsque j’ai effectué des stages dans des agences d’événementiel. J’ai trouvé que les offres dédiées aux écoles supérieures étaient quasi inexistantes. Notre atout, c’est la bonne connaissance des besoins des écoles en matière d’organisation événementielle. L’entreprise est en phase de création et nos premières actions de démarchage débuteront dès septembre. Nous comptons offrir des packages aux associations d’étudiants pour organiser leurs événements annuels.
L’entreprenariat ne me fait pas peur car j’ai déjà vécu une expérience similaire, il y a 5 ans, à travers un programme d’initiation à la création d’entreprise. Le but était de mettre en place une micro-entreprise avec des membres à choisir dans son comité, un produit ou service à développer et à commercialiser, des actions à mettre en place… L’activité que j’avais choisi à l’époque portait sur la production de tuniques modernes avec une touche traditionnelle. Cela me poussait constamment à réfléchir sur les actions à entreprendre. L’entreprise devait disparaître à la fin du processus. C’était ludique mais instructif. C’est un challenge qui m’avait donné l’envie réelle de créer une entreprise plus tard. L’occasion s’est présentée depuis.
Aujourd’hui, je trouve qu’il existe un panel d’institutions et de structures qui peuvent apporter un appui technique mais aussi psychologique aux jeunes créateurs. C’est en quelque sorte leur donner une assurance vis-à-vis de leur projet. En tant que force de réflexion, ils sont là pour aider les jeunes à se poser les bonnes questions et à résoudre eux-mêmes leur problématique.

Jihad Hammoucha : Élève ingénieur à l’Institut agronomique et vétérinaire (IAV Rabat) – fondatrice de Green Electro Link

Ma première expérience en matière d’entrepreunariat remonte à 2011 à travers Company Programm d’Injaz Al Maghrib. Avec quelques étudiants, nous avons conçu un système programmable de gestion d’éclairage et d’arrosage. Cette expérience nous a permis à l’époque de présenter également notre projet à l’étranger dans le cadre d’une compétition internationale.
Après cette expérience, j’ai été contactée par le même partenaire pour participer au nouveau programme Smart Start. Après des entretiens avec les responsables, j’ai été retenue pour y participer. Je vais ainsi bénéficier des actions de mentoring et de coaching pendant une période de six mois, le temps de mettre sur pied mon projet d’entreprise.
Avec un autre étudiant, nous avons choisi de nous spécialiser dans la collecte, le tri et le recyclage des déchets électroniques et électriques.
Une rencontre hebdomadaire est organisée avec un responsable d’Attijari Finances Corps. pour discuter des modalités de création, d’étude de faisabilité et de montage du business plan.
L’aspect comportemental n’est pas en reste puisque, en parallèle, je suis également suivi par un coach qui me permet de développer mes aptitudes, surtout la confiance en soi. Ce qui est encourageant pour faire aboutir le projet.
Toute la difficulté d’une création d’entreprise réside dans le manque d’informations et de formation des porteurs de projet, en plus des lenteurs administratives, l’accès au financement… Mais quand on a un bon partenaire comme Injaz Al Maghrib, cela vous donne de l’assurance mais aussi de la crédibilité auprès des investisseurs potentiels.