Selon Bayt.com, les rémunérations ont augmenté de 7% en 2008

Près de 13 881 personnes dans 13 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ciblées par l’enquête
de Bayt.com.
58% des 786 Marocains sondés affirment avoir bénéficié d’une augmentation en 2008.
Les deux tiers de l’échantillon s’attendent à  une augmentation de salaire durant l’année en cours.

Au Maroc, les rémunérations ont augmenté de 7% en 2008. C’est ce qui ressort des résultats de l’enquête du portail du recrutement Bayt.com. Réalisée en collaboration avec YouGov Siraj durant la période du 23 décembre 2008 au 18 janvier 2009, l’enquête a ciblé 13 881 personnes dans 13 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Elle a couvert plus de 20 secteurs d’activité tels que le tourisme, les télécommunications, la construction, la finance…  
L’objectif de l’enquête était de déceler les niveaux de satisfaction perçue par rapport à l’augmentation des salaires.
Concernant les augmentations salariales, 58% des 786 Marocains sondés affirment en avoir bénéficié en 2008. Parmi ceux-ci, 34% affirment que leurs salaires a augmenté de 1 à 5 % et considèrent que c’est essentiellement dû à l’augmentation du coût de la vie.
En dépit de la crise, 67% des personnes interrogées s’attendent à recevoir une augmentation de salaire en 2009.  Parmi elles, 30% prévoient une augmentation de 1 à 5%.
Parmi les raisons déclarées, 40 % estiment que cela est dû à la hausse du coût de la vie, tandis que 23% supposent que la croissance économique du Maroc en est à l’origine.

42 % des enquêtés pensent opter pour un secteur d’activité plus attractif
Selon les sondés, l’augmentation  du coût de la vie a été le plus visible au niveau du loyer (35 % estiment qu’il a augmenté de 0 à 5%), l’enseignement (38 % estiment qu’il s’est accru de 0 à 5%), l’alimentation (19% considèrent que l’augmentation est passée de 6% à 10%) et les divertissements (28% évaluent l’augmentation entre 0% à 5 %).
D’autre part, 42% des enquêtés pensent opter pour un secteur d’activité plus attractif durant les 12 prochains mois afin d’améliorer leurs conditions de vie, 31% désirent changer pour une entreprise dans le même secteur alors que 29% envisagent de travailler dans un autre pays de la région.
Concernant la situation économique, 26 % déclarent que leurs entreprises auront recours à une restructuration des effectifs qui se conjuguera à une redistribution des tâches, 25% s’attendent à ce que les dépenses inutiles soient supprimées et 24% des enquêtés pensent que les promotions n’auront pas lieu.
Il est à noter que 76% des enquêtés estiment être personnellement affectés par la situation économique actuelle.