Retrouver un job à  54 ans

J’ai eu un parcours exemplaire tout au long de ma carrière. Mais lorsque ma boîte a fusionné avec une autre, je me suis retrouvée parmi les fameux «doublons»… Aujourd’hui, je me retrouve à  54 ans à  devoir chercher à  nouveau du travail. Et lorsque je vois les offres d’emploi, franchement, on ne demande que des trentenaires…
Mon mari me dit de profiter de cette «chance» pour arrêter de travailler et prendre du bon temps mais, moi, j’ai BESOIN de me sentir utile, et je me dis que je peux encore donner beaucoup de choses à  une entreprise et que ma vie professionnelle ne va pas s’arrêter aujourd’hui !

Et comme je vous comprends ! Vous avez raison de vous battre et d’être aussi consciente de vos compétences et de ce que vous pouvez apporter à une entreprise: vous avez de l’expérience et une vraie maturité professionnelle qui peuvent à elles seules vous ouvrir les plus belles portes !

En attendant

Quand on a travaillé toute sa vie, il est très difficile de se retrouver à la maison, à ne rien faire pendant que tout le monde vaque à ses occupations habituelles. Alors, avant toute chose, vous devez gérer cette problématique là : celle de l’attente.

Bien sûr, vous pouvez (et vous le faites certainement) prendre soin de vous par du sport, et de votre esprit par des lectures et autres séminaires…Mais vous pouvez aussi proposer votre solide expérience à des cabinets de conseil qui sont toujours à la recherche de gros calibres pour conduire des missions, certes de manière ponctuelle mais qui vous permettront de rester active, d’étoffer votre réseau (certaines grandes entreprises «intègrent» assez souvent des consultants qui étaient venus initialement pour une mission) et de ne pas rester à la maison à «faire du tricot»…

Certaines personnes me disent «oui mais si je me lance dans cela et que je tombe sur un job en or ?» Eh bien, préférez-vous avoir à gérer une problématique comme celle-ci ou rester chez vous à vous morfondre sans rien faire ? Vous ferez un «préavis», voilà tout !

Répondez quand même…

Outre les candidatures spontanées, la rencontre (en face à face de préférence) avec les cabinets de recrutement de la place, et la réactivation de votre réseau pour «vous faire re-connaître», il y a aussi les offres d’emploi et c’est vrai qu’il est assez rare d’en trouver avec des critères comme «expérience de 25 ans exigées, poste pour un profil ayant plus de 50 ans…» Mais, pourquoi ne pas y répondre quand même? En soignant particulièrement votre candidature, en adaptant soigneusement votre lettre d’intention à chaque job, il n’est pas inenvisageable que votre profil interpelle un recruteur, et ce, pour le poste en question ou un autre…

Finalement, combien de fois recevons-nous des CV bien en dessous des critères demandés? Alors le contraire sera «un moindre mal» !

Si vous sentez que le marché reste «insensible» à votre profil, alors peut-être qu’il sera temps pour vous de créer VOTRE PROPRE JOB ! Réfléchissez… quels sont vos atouts majeurs, en quoi excellez-vous? Si vous avez la réponse à la question, vous avez le début de l’objet social de votre entreprise… et d’une nouvelle vie !
Gardez le moral

Votre plus grand capital : c’est votre moral ! Alors surtout FUYEZ les personnes négatives, celles qui vous expliqueront qu’ELLES AUSSI ont dû SUBIR pareil «injustice», celles qui vous expliqueront que dans «la vie on ne réussit pas sans piston» ou encore qu’il n’y a que «les malhonnêtes qui y arrivent» ou qu’«il n’y a de place que pour les jeunes de nos jours». Fuyez-les VITE, TRES VITE et entourez-vous plutôt de personnes qui, sans être naïves pour autant, sont résolument OPTIMISTES, des personnes qui, comme vous, savent qu’une bonne attitude alliée à la persévérance aboutissent toujours à un résultat. Comme le disait Thomas Jefferson : «Je crois beaucoup en la chance et je constate que plus je travaille, plus la chance me sourit».

A vous de jouer !;