Rester efficace au travail pendant Ramadan : Avis de Karim El Ibrahimi, DG du cabinet RMS

Il faut faire l’essentiel avant 14 heures.

Globalement, nous avons eu un premier semestre plutôt satisfaisant au niveau de l’activité. Toujours est-il qu’au mois de juin et surtout à l’entame du mois sacré, nous avons tout de même senti une baisse pour la simple raison que la plupart de nos missions sont reconduites après ce mois-ci.
Idéalement, une journée de travail type durant Ramadan devrait commencer par les missions qui demandent le plus de concentration, c’est-à-dire commencer sa journée par gérer les priorités : tâches et mails urgents… Chacun doit trouver son rythme de croisière de manière à se focaliser sur l’essentiel et, surtout, veiller à ce qu’une négligence n’impacte pas le travail de son équipe ou de ses interlocuteurs externes. En temps normal, nous avons trois rendez-vous clientèle par jour alors que durant ce mois-ci nous nous limitons à un ou deux rendez-vous.
Les réunions sont également écourtées pour retenir l’essentiel. Le plus important est de «s’économiser» sur le plan physique, car n’oublions pas que sur un point de vue social, Ramadan est vécu comme une fête. Les gens se rencontrent tous les soirs, veillent. Du point de vue biologique, cela a des conséquences sur le rythme du sommeil.
Durant les premiers jours, l’individu vit un sevrage (cigarette, café…). Ce sevrage se traduit par des réactions plus ou moins agressives et émotives qui expliquent l’ambiance sur le lieu de travail. Il est donc essentiel de conserver un rythme de vie normal et sain en dormant suffisamment, en mangeant juste ce qu’il faut et bien sûr s’hydrater au maximum.
Par ailleurs, Ramadan est vécu différemment d’une personne à une autre. Il y a des personnes qui sont plus efficaces le matin et d’autres l’après-midi. Nous profitons également du mois sacré pour organiser nos congés car souvent certains collaborateurs préfèrent y aller les 10 derniers jours de Ramadan ou juste après.