Rémunération : la performance individuelle est déterminante

En 2008, le Cabinet Diorh avait effectué une enquête de rémunération sur 270 postes pour 16 819 données salariales individuelles étudiées, contre 11850 en 2007.

En 2008, le Cabinet Diorh avait effectué une enquête de rémunération sur 270 postes pour 16 819 données salariales individuelles étudiées, contre 11850 en 2007. Les secteurs des services et de distribution (produits de grande consommation) comptaient pour 43% de l’échantillon et les établissements financiers 10% contre 2% en 2007.
Cette enquête avait montré que les salaires avaient progressé de 7% pour les cadres et de 6% pour les non-cadres. Cet écart d’un point est encore remarqué cette année.
La performance individuelle venait en tête de liste de critères retenus pour l’augmentation des salaires (99%). Suivent la performance de l’entreprise (67%), l’augmentation due à l’inflation (48%), la position du salaire dans la grille (48%), le statut dans l’entreprise (25%) et l’ancienneté (7%).
L’enquête révèle que pour 36% des personnes interrogées le positionnement de la rémunération dépend des conventions collectives et que 76% disposent d’un système d’évaluation des postes.

Les écoles de commerce locales moins bien cotées
Le salaire annuel brut d’un cadre RH était de 291 054 DH, un responsable financier gagnait 616 739 DH,  un acheteur expérimenté 262022 DH, un responsable EHS (Environnement, hygiène et sécurité) 453 311 DH, un chef de projet informatique 342 242 DH et une assistante de direction 218 445 DH.
L’enquête avait aussi montré que les salaires avaient connu une croissance considérable sur une période de six ans. Les postes de contrôleur de gestion et de responsable d’équipe de vente avait bénéficié des plus fortes augmentations, avec respectivement 48,2% et 43,7%.
Concernant les salaires à l’embauche, les lauréats de grandes écoles étrangères étaient, et le sont toujours, mieux cotés avec des salaires annuels bruts avoisinant les 285 000 DH. Les salaires des lauréats d’écoles d’ingénieurs publiques marocaines tournaient autour de 170 000 DH contre 162 000 DH pour les lauréats d’écoles privées. Les salaires des lauréats d’écoles de commerce privées commençaient autour de 150000 DH.