Relancer sa carrière avec un nouveau diplôme : Questions à  Ali Zarhali, Directeur associé de MCRM Consulting

Ne jamais entreprendre une formation sans déterminer ses objectifs professionnels.

La Vie éco : Pourquoi y a-t-il un engouement pour les formations diplômantes de troisième cycle ou de type exécutive ?
Ali Zarhali : De plus en plus de cadres opérationnels retournent sur les bancs des écoles supérieures et des universités pour préparer des masters et des MBA voire des 3e cycles souvent liés au management et à la stratégie de développement de l’entreprise. Il y a lieu de s’interroger sur leurs motivations. Pour certains, c’est la recherche d’une nouvelle orientation de leur carrière qui risque d’être bloquée en raison de l’absence de solutions dans leur activité fonctionnelle ou opérationnelle. Pour d’autres, il peut s’agir d’une réorientation pour satisfaire des besoins de mobilité externe ou interne et accéder à des postes de responsabilité, ce que ne leur permet pas leur formation initiale.
Par exemple, un chef de projet Bac+3 ne peut accéder à la fonction de chef de service, réservée au bac+5.
On peut aussi expliquer la reprise des études par la politique de rétention des talents. En effet, pour fidéliser leurs talents, les entreprises encouragent leurs meilleurs cadres à suivre des cursus de master et de MBA.
Dans tous les cas, l’objectif de celui qui s’engage dans une formation est de mettre à jour ses connaissances et ses compétences dans d’autres domaines pour améliorer ses revenus.
En termes de population, les ingénieurs sont plus attirés par ces formations dipômantes.

Y a-t-il un âge pour entreprendre une formation diplômante ?
On ne finit pas d’apprendre. Cependant, ce mode de formation est  recommandé pour les cadres de 30 à 35 ans qui ont 8 à 12 ans de carrière. Si un cadre est appelé à évoluer tous les 3 à 4 ans au sein de l’entreprise en changeant de poste ou de fonction, le fait d’améliorer et mettre à jour ses connaissances et ses compétences devient une nécessité et parfois une obligation.
Les entretiens d’évaluation et les bilans de compétences sont des moments opportuns pour détecter les besoins de mise à niveau des compétences au niveau personnel et professionnel. Désormais, les formations diplômantes sont intégrées dans la politique de formation des managers.
 
Quels sont les leviers de réussite des formations diplômantes ?
Les motivations pour se lancer dans une formation diplômante sont multiples. Il ne faut pas la considérer comme la clé de réussite. Il faut se fixer des objectifs clairs et pertinents et pour le cadre et, des fois, pour l’entreprise. Le cadre doit se renseigner sur le contenu de la formation, son utilité personnelle et aussi sur sa valeur ajoutée professionnelle.
Il est impératif de bien connaître son besoin de réorientation de carrière avant de décider quel parcours prendre. Il faut connaître et s’assurer de ses capacités et de son potentiel pour rentabiliser cet investissement considérable en temps, mais également en argent.