Relancer sa carrière avec un nouveau diplôme : Avis de Imad-eddine Hatimi, Doyen de la Faculté de management à  Mundiapolis

Il faut s’informer sur le programme et ne pas se limiter à  l’intitulé.

La Vie éco : Y a-t-il un profil particulier de ces cadres qui retournent en formation ?
Imad-Eddine Hatimi : Il s’agit principalement de cadres opérationnels et managers. D’après notre analyse, nous constatons que ces cadres veulent avant tout acquérir une double compétence. Nous avons par exemple des managers de formation généraliste qui ont opté pour la spécialisation achat et logistique ou encore des profils marketing qui ont choisi des formations en stratégie d’entreprise.
Si pour certains c’est une occasion pour acquérir de nouvelles compétences, pour d’autres, il s’agit principalement d’évoluer dans leur carrière. Malheureusement au Maroc, des candidats Bac+2 ou Bac+3 sont souvent freinés dans leur carrière à cause de leur diplôme. C’est pourquoi ils entreprennent une formation diplômante pour prétendre à un niveau de responsabilité plus élevé.

Quelles sont les spécialités les plus demandées ?
En tant qu’université, nous devons répondre aux besoins du marché et donc couvrir toutes les spécialités. Ceci dit, vu l’environnement économique actuel, il y a certaines spécialités qui marchent plus que d’autres. On peut citer la filière ressources humaines qui s’est beaucoup développée dans les écoles et universités ces dernières années. L’explication est que la fonction RH prend de plus en plus d’importance dans l’organisation d’une entreprise. La filière logistique s’est aussi développée ces dernières années. C’est certainement sous l’effet des projets structurants que connaît notre pays. De même que la filière marketing a connu un essor étant donné qu’il est impératif aujourd’hui de se distinguer et se positionner dans un environnement concurrentiel. Enfin, l’ingénierie financière, le droit des affaires ou encore les formations techniques (informatique, télécoms…) intéressent également les cadres.

Comment faire pour ne pas se tromper dans le choix de la formation ?

Une formation diplômante doit avant tout répondre à un besoin et non pas être motivée juste par le désir d’avoir le label d’une université ou une école sur son CV. Elle doit effectivement permettre d’acquérir une compétence supplémentaire utile pour le développement de la carrière. On doit donc considérer le diplôme comme un tremplin pour orienter son projet professionnel, acquérir une nouvelle compétence ou encore gravir des échelons.
Quand on a un projet de formation en tête, il faut d’abord s’informer sur les programmes des formations, chose qui se fait rarement de manière réfléchie. On doit également s’informer sur les contenus, les volumes horaires, la notoriété de l’école… et non pas se limiter à l’intitulé du diplôme.