Reconversion professionnelle : Avis de Zakaria Jamali Idrissi, Directeur général de DecoZ

Si votre entourage voit en vous la personne que vous souhaitez devenir, alors vous l’êtes déjà  à  moitié.

Dès la fin de mes études en 2004, j’ai été embauché comme cadre technico-commercial dans une entreprise spécialisée dans les parquets de sol. J’avais pour mission de prospecter de nouveaux clients. Dès le départ, je sentais que j’étais sous-payé. En même temps, les conditions de travail n’étaient pas fameuses et les perspectives d’évolution inexistantes. Mes collaborateurs, en poste bien avant moi, en étaient la preuve concrète. A la fin de ma troisième année, j’ai demandé une augmentation de salaire. La réponse était négative. J’ai décidé alors qu’il était temps de changer de métier.

En 2009, j’ai créé mon entreprise spécialisée dans la pose de tous types de revêtements de sol. Mon leitmotiv était qu’un travail bien fait finissait toujours par payer. Quelques mois plus tard, mes clients commençaient à me solliciter pour leur vendre certains produits de revêtements de sol. Le passage des services vers les produits s’est alors fait sans le moindre investissement publicitaire ou marketing.

Autre virage décisif : l’introduction de cuisines entièrement équipées, pose et installation comprise, depuis 2011. Aujourd’hui, je prends en charge de grands chantiers immobiliers et touristiques. Si j’en suis arrivé à ce point, c’est grâce à la formation. A chaque fois que je décidais d’introduire un nouveau service ou produit, je suivais des cours dédiés. Ceux-ci pouvaient être de 2 semaines comme ils pouvaient durer 5 mois. Je suis l’exemple parfait que le savoir-faire s’apprend. De même, la confiance se gagne. Lors de mes débuts, il était hors de question pour les grands fournisseurs de m’ouvrir des lignes de crédit. Les gros clients, eux, exigeaient que le travail soit terminé avant de me payer. Je n’ai jamais baissé les bras, ni pensé que c’était impossible de s’en sortir. Après plusieurs mois de négociations, j’ai fini par obtenir des délais de paiement plus longs de mes fournisseurs et des avances de plus en plus importantes de mes clients. Il est clair que j’avais des lacunes en matière de gestion des équipes et de l’entreprise. Cela m’a beaucoup pénalisé surtout que je devais gérer une équipe de quinze personnes. Mais, encore une fois, tout s’apprend. Il faut juste s’investir. Evidemment, j’ai capitalisé sur mon expérience pour démarrer ma nouvelle vie. Mais le plus important fut l’appui moral et financier de ma famille sans lequel jamais je n’aurai pu démarrer.
Mon père a immédiatement adhéré à l’idée et m’a soutenu par tous les moyens. Quand j’ai décidé de passer à l’acte, il m’a financé. Si votre entourage voit en vous la personne que vous souhaitez devenir, alors vous l’êtes déjà à moitié. Le reste vient avec  lapersévérance.