Ramadan : rester productif, c’est possible à  condition de s’organiser

Alimentation saine et équilibrée, et sommeil réparateur constituent une base pour garder la forme.
Des pauses plus fréquentes pour ceux qui exercent des métiers physiques.
La matinée doit être consacrée aux missions qui demandent plus de concentration ou aux tà¢ches urgentes et importantes.

Cette année, Ramadan débutera durant la deuxième semaine d’août et nous allons entrer dans un cycle d’environ cinq années pendant lesquelles nous jeûnerons en été. Et une question revient souvent à cette époque de l’année : Ramadan et baisse de la productivité du travail sont-ils liés ? La réponse est oui. Et avec la chaleur qui s’est installée, ce phénomène risque de s’accentuer. Mais attention ce n’est pas le jeûne qui est en cause, ce sont plutôt les mauvaises habitudes alimentaires, le manque de sommeil auxquels vient s’ajouter un laxisme généralisé au sein de certaines entreprises qui expliquent cette tendance. «Le mois de Ramadan provoque un changement brutal dans nos habitudes, qu’il s’agisse de notre vie personnelle ou professionnelle», rappelle Farouk Dadi, médecin du travail.
Les entreprises se mettent elles aussi à l’heure du Ramadan et passent à l’horaire continu (pour celles qui ne l’ont pas encore adopté), généralement de 9h à 15h. Pourtant, malgré des horaires aménagés et allégés, c’est la période de l’année ou l’absentéisme et les congés de maladie atteignent des records. C’est également une période durant laquelle de nombreux salariés déplorent une dégradation de l’ambiance de travail. Certaines personnes ont tendance à se cacher derrière le jeûne pour justifier leur manque de discipline, les retards et les absences répétés, souligne Mohammed Benouarrek, DRH dans une multinationale. Avec la chaleur qui s’est installée, ces mauvais comportements pourraient s’accentuer. Mais heureusement ce n’est ni une fatalité, ni une règle générale.
Alors comment aborder ce mois dans les meilleures conditions quand on travaille car quelle que soit la période à laquelle il coïncide, Ramadan n’est pas un mois comme les autres qu’on jeûne ou pas ? Pour ceux qui respectent le rituel, «il est essentiel de bien se préparer mentalement comme pour tout ce que nous entreprenons dans la vie de manière générale. Il faut faire preuve de discipline», répond Maria Benjelloun, nutritionniste. Pour s’habituer, les fumeurs et les accros du café peuvent commencer à réduire leur consommation une semaine avant le début de Ramadan voire deux semaines. Outre le renoncement à ces produits dont la privation engendre la mauvaise humeur ou des maux de tête, c’est probablement la soif qui sera le plus difficile à supporter.
Mais «continuer à être performant et efficace est bien sûr possible à condition d’adopter une conduite rigoureuse et disciplinée au travail, en conservant une bonne hygiène alimentaire et en veillant à respecter son horloge biologique», rappelle Mohammed Benouarrek.
Et quand on est bien préparé, les journées de travail se dérouleront aussi normalement voire mieux que d’habitude.
Alimentation saine et équilibrée, sommeil réparateur et maîtrise de soi (parce qu’on n’est pas à l’abri de la mauvaise humeur des autres) sont essentiels pour être d’attaque au travail. Et bien sûr, il faut s’hydrater au maximum. C’est une discipline à avoir car, comme le rappelle Mme Benjelloun, «le corps sait s’adapter à toutes les situations», à condition qu’on y mette de la volonté, pourrait-on ajouter.
Il reste que Ramadan est aussi vécu différemment en fonction de la nature du travail. Par exemple, ceux qui exercent dans des bureaux sont moins exposés à la chaleur. De nos jours, la plupart des bureaux sont dotés de climatiseurs et ceux qui n’en ont pas peuvent se rabattre sur les ventilateurs. Le problème se posera surtout dans les bureaux partagés ou open space parce que certains occupants peuvent invoquer l’allergie à l’air conditionné.

Commencer tôt quand c’est possible

En revanche, tous ceux qui travaillent dans des métiers physiques, à l’extérieur ou dans des ateliers de production, seront durement éprouvés. En plus de la dépense d’énergie beaucoup plus prononcée que dans les services, ils devront faire face au soleil qui tape dur en été. C’est pourquoi il est recommandé d’aménager leur temps de travail pour que ces personnes puissent bénéficier de temps de repos et, par là, éviter les accidents de travail. Comme les journées sont longues, il est conseillé de commencer le travail un peu plus tôt quand il fait encore frais. Mais tout dépend du métier et très souvent des exigences du client.
Dans les services, «une journée de travail type durant Ramadan devrait commencer par les missions qui demandent le plus de concentration. Donc commencer sa journée par gérer les priorités : tâches et mails urgents», fait remarquer Essaid Bellal, DG du cabinet Diorh. «Les réunions doivent aussi être programmées le matin et tenues dans un temps très limité», conseille Jamal Amrani, DG du cabinet Jadh.
«Ramadan peut aussi être une période propice pour préparer la rentrée et optimiser son temps de travail puisqu’il n’y a généralement pas (ou moins) d’urgence», rappelle Ali Serhani, consultant RH à Gesper services. Certains choisissent aussi de retourner travailler au bureau après le ftour pour retrouver un climat plus détendu et convivial ou parce qu’ils se sentent plus efficaces après avoir rompu le jeûne.
Au final, travailler efficacement durant Ramadan demande un minimum de préparation et de discipline. Alimentation, conseils pour organiser ses journées, sport, retrouvez tous nos conseils pour aborder Ramadan au travail dans les meilleures conditions.   

A Lire aussi :

Comment rester productif durant ramadan : Avis de Farouk Dadi, Médecin du travail.

Comment rester productif durant ramadan : Avis de Essaid BELLAL, DG du cabinet Diorh.


Comment rester productif durant ramadan : Avis de Ali SERHANI, Consultant RH associé, Cabinet Gesper Services.

Comment rester productif durant ramadan : Avis de Jamal Amrani DG du cabinet Jadh.

Comment rester productif durant ramadan : Avis de Maria Benjelloun, Nutritionniste et diététicienne.