Quel discours tenir en période d’incertitude

Mettre le personnel devant les difficultés de l’entreprise peut parfois être mobilisateur, à  condition que les dirigeants apportent leur engagement total.
Face à  la morosité, la transparence est le mot clé de la communication.

Crise, pas crise…? En ces temps d’incertitude, cette notion est souvent évoquée à tort et à travers pour cacher des dysfonctionnements, tromper la concurrence, mettre un terme aux réclamations des collaborateurs, préparer des opérations de retraite anticipée ou de départs volontaires…
Faut-il faire la politique de l’autruche en se disant que la  difficulté n’est que passagère (après tout, tout le monde est en crise) ou au contraire prendre le taureau par les cornes et apporter les décisions qui s’imposent ? Si l’entreprise décide de sauter le pas, quelle est la stratégie à aborder ? Quel discours tenir pour ne pas susciter davantage d’inquiétudes ?

Pour Omar Benaini, consultant associé au sein du cabinet LMS ORH, il convient dès le départ de qualifier cette crise. Est-elle de nature humaine, commerciale, technique, informatique, environnementale,… Bien évidemment, sauvegarder le moral dans ces conditions n’est pas chose aisée surtout si l’on ne voit pas le bout du tunnel. Les crises sont beaucoup plus difficiles à vivre lorsque les salariés n’ont pas de visibilité sur leur avenir. La communication joue un rôle primordial dans la résolution des difficultés, mais beaucoup d’entreprises ne savent pas comment s’y prendre.

Il convient tout d’abord de ne pas chercher à rassurer à n’importe quel prix. Mettre le personnel devant les difficultés de l’entreprise peut parfois être mobilisateur, à condition que le management apporte la preuve qu’il s’engage pleinement pour sortir l’entreprise de sa crise. Plus que de rassurer, le manager a surtout besoin de savoir sur qui il va pouvoir vraiment compter et pour combien de temps encore. Pour garder son équipe motivée, il doit être présent sur le terrain pour garder le contact le plus étroit possible.

D’ailleurs, au lieu de tailler dans le vif ou de gérer par le stress, il convient plutôt de mobiliser en pensant à l’après-crise. Beaucoup sont d’avis qu’on sera plus tranquille et mieux impliqué dans la recherche d’une voie de sortie de crise dans une entreprise qui développe les relations de confiance, l’esprit d’appartenance et la responsabilisation que dans celle où la communication est inexistante.
Bref, le manager doit porter un message d’espoir et faire prendre conscience à tous que les efforts doivent être collectifs et que les solutions ne se trouveront que dans le collectif.