Quand le team-building se démocratise

Loin d’être un effet de mode, le team-building continue à séduire les grandes entreprises et même les PME. Un évènement n’est que le début d’une dynamique de changement que le management de l’entreprise doit faire vivre.

Fédérer une équipe, remonter leur moral, lancer un produit ou séduire des partenaires, rien de tel que de le faire dans le cadre d’un team-building. «Ce n’est plus un effet de mode mais le team-building s’est véritablement démocratisé. Grandes entreprises, PME, ministères et administrations publiques en font un rituel chaque année. Certaines entreprises le font par business unit, par département et ou même avec leurs partenaires externes. De même que  toutes les populations sont désormais concernées. Cela va du coursier au plus haut staff de direction», note Mohamed Tazi, directeur de LMS Formation. Les tendances ont cependant changé au fil des ans. Le temps des excursions en 4×4, courses en karting, chasse au trésor et autres semble aujourd’hui dépassé. Aujourd’hui, le team-building se construit aussi autour d’activités culturelles et humanitaires. On y rajoute un peu de la responsabilité sociale et sociétale dedans.

Gestes écolo, énigmes sur le développement durable, relais écolo… De plus en plus, la thématique du développement durable est mise en avant par les entreprises pour sensibiliser les équipes. C’est  pour faire en sorte que chacun puisse intégrer un certain nombre de valeurs tout en se souvenant d’une journée partagée. Les formules proposées sont infinies. Le principe est de mettre les participants en situation de partage des responsabilités pour atteindre un objectif commun. Il va sans dire que chacun doit profiter de ces moments pour mieux connaître ses collègues et apprendre à apprécier ses atouts.

Le programme doit répondre aux préoccupations de l’entreprise

Toujours est-il que si le cadre ludique est mis en avant, il est important de garder en tête de construire ce genre de programmes sur une logique de contenu répondant aux préoccupations de l’entreprise. «Ce contenu sera écrit en étroite collaboration avec la direction générale (en personne), ou à travers des représentants : codir, comex… et/ou des personnes relais…», commente Charlotte Lefort, directrice associée du cabinet Wat. Il y a un très long travail de préparation, mais aussi de suivi. L’impact immédiat du team-building est visible en termes d’enthousiasme et de mobilisation, mais ce n’est que le début d’une dynamique de changement que le management de l’entreprise doit pérenniser et faire vivre.