Nouvelles filières paramédicales au Maroc : Avis de Badie Azzaman Mehadji, Doyen de la Fac des sciences de la santé

« Nous espérons atteindre 30 étudiants par promotion. »

Pour accéder à la formation de psychomotricien, il est préférable d’avoir un bac scientifique. Ceci dit, un bac littéraire peut très bien faire l’affaire. La formation dure 3 années, réparties en 6 modules. La première année sert à inculquer les principes de base : anatomie, physiologie, psychologie, développement psychomoteur… La deuxième sert à apprendre comment faire des bilans de psychomotricité. Différentes approches sont enseignées durant l’année et ont pour objectif de permettre aux futurs psychomotriciens de faire face aux différentes pathologies qu’ils peuvent rencontrer durant l’exercice de leur métier. Une fois ces prérequis assimilés, la troisième année sert surtout à la pratique du métier, en général en milieu hospitalier. Cela dit, dès la première année, les étudiants sont obligés de passer des stages. Cette immersion précoce dans le milieu professionnel permet aux futurs psychomotriciens de découvrir sur le terrain leurs premiers cas. La première année, les stages ont lieu dans des crèches et des écoles maternelles. La deuxième année, les services cliniques prennent le relais : les services de pédiatrie et de psychologie des hôpitaux sont alors privilégiés. Enfin, tout au long de la troisième année, les stages sont effectués dans des cabinets de psychomotricité, centres spécialisés ou dans des dispensaires afin de se familiariser avec les programmes de santé maternelle et infantile du pays. Au total, les stages représentent 50% du temps de formation. Le diplôme délivré est une licence en psychomotricité reconnue par l’état (Bac+3). Une fois la licence en poche, un psychomotricien peut choisir de continuer ses études pour obtenir un master ou encore un doctorat. Cependant, ces diplômes n’ouvrent la voie que de l’enseignement et la recherche. Sur le plan de la pratique du métier, la licence est largement suffisante. Dès l’obtention du diplôme on peut exercer. Les contraintes budgétaires dans le secteur public font que le recrutement est actif surtout dans le privé. Cela dit, travailler en libéral est une expérience que je recommande vivement. La nouvelle tendance est aux cabinets multidisciplinaires. Plusieurs praticiens dans des disciplines proches ou complémentaires peuvent cohabiter au sein d’une même structure afin d’assurer des prestations de bonne qualité et aux normes les plus avancées. Travailler à plusieurs sur un même cas procure en effet plusieurs avantages: avis complémentaires, disponibilité immédiate et proximité de plusieurs spécialistes, etc.
Afin d’accompagner le développement de la filière de psychomotricien, l’Université internationale de Casablanca a lancé son programme de formation l’année dernière. La première promotion de cette filière comptait 17 étudiants. Nous espérons atteindre 30 étudiants par promotion à partir de l’année prochaine. La formation continue constitue également un excellent moyen qui permet aux professionnels de se maintenir au fait des dernières techniques et pratiques du moment. Pour accompagner ses lauréats dans cette démarche permanente de perfectionnement, l’Université internationale de Casablanca organise deux conférences par an. Ces rendez-vous sont animés par des experts internationaux souhaitant partager leurs «best practices». De cette façon nos lauréats restent à la pointe de ce qui se fait de par le monde.