Networking : Avis de Jerome Mouthon, DG de Buzzeff

Généralement, le networking répond à  trois buts : connaître les autres, se faire connaître des autres et se saisir des opportunités qui en découlent

Nous prenons part à plusieurs événements professionnels. Au niveau national, il convient de citer African Cristal Events, tenu à Marrakech, où nous avons été speakers sur les nouvelles tendances de la vidéo digitale, Digital IT days où nous avons été à la fois exposants et speakers, le salon DevCom organisé sous l’égide de la Chambre française de commerce, la table du digital dont nous sommes membre fondateur avec nos partenaires métiers…, et divers autres RDV qui sont autant d’occasions d’échanges et de développement d’opportunités business. Sur le plan international, nous sommes tout aussi actifs dans la mesure où nous avons pris part au Gitex Dubaï en tant qu’exposants, au Cristal Events Dubaï où nous avons été speakers et à l’ArabNet Beirut où nous avons également été speakers… Nos équipes basées à Dubaï assurent le leadership participatif à tous les événements en lien avec notre industrie et nos activités de communication, en particulier la diffusion vidéo publicitaire online.

Le networking revêt une importance capitale dans l’exercice business. Il permet d’avoir accès rapidement à des personnes ou contacts en lien avec notre métier. Il permet également d’être dans la boucle des échanges sectoriels et de disposer de la primeur de l’information. De même, il permet une meilleure identification des opportunités «marché» à travers les échanges et les discussions via un réseau donné. En ce qui me concerne, j’adhère aux réseaux de corporation professionnelles tels les Chambres de commerce et associations qui constituent un très bon canal relationnel. En parallèle, je développe personnellement un networking plus en phase avec nos métiers et donc je suis actif sur les réseaux sociaux qui constituent de nouveaux territoires de réseautage aussi efficaces que le traditionnel relationnel. Très simplement, il s’agit de définir l’objectif du réseautage et de ce que l’on en attend. Généralement, le networking répond à trois buts : connaître les autres, se faire connaître des autres et se saisir des opportunités qui en découlent.

En conséquence, il convient d’identifier la communauté cible auprès de laquelle on souhaite se faire connaître. Ensuite il faut examiner les opportunités d’introductions relationnelles, corporatives, associatives et autres. Et en dernier lieu, disposer d’un message clair afin de rendre la démarche efficace et impactante. Je rappelle tout de même que le networking n’est pas seulement un exercice mécanique et de court terme, c’est généralement un travail constructif de longue haleine, qui exige de la consistance dans le temps, de la consistance dans la démarche et encore de la consistance dans le message ou l’objectif arrêté. J’ajoute que l’exercice du networking repose sur une donnée fondamentale qui est la sincérité dans l’approche globale et dans les relations qui s’établissent. L’importance de cette dimension est d’autant plus grande que les connexions de réseautage ne vous connaissent pas de prime abord, et donc il s’agit de construire la relation dans la durée et dans la confiance pour escompter l’atteinte des objectifs énumérés précédemment. En dernier lieu, sachez qu’une introduction ou une recommandation sont toujours des éléments facilitateurs en la matière. A cet égard, il ne faut pas hésiter à utiliser ses relations personnelles, les associations d’anciens élèves, et parfois juste demander une introduction à l’un de vos clients ou fournisseurs.

Enfin, il faut éviter certains impairs. A ce niveau, on cerne le contraire de comment il faut s’y prendre et vous avez les erreurs types à ne pas commettre. Brièvement, ne pas avoir d’objectif clair est un écueil ; ne pas avoir une cible particulière est également un écueil et enfin ne pas disposer de message consistant pourrait être un facteur d’échec. En résumé, croire que c’est parce qu’on s’introduit dans un réseau que l’on va en tirer bénéfice à titre personnel ou professionnel de façon mécanique est une erreur. Il s’agit encore une fois d’un travail dans la continuité. Pour dire les choses clairement, éviter l’opportunisme serait le meilleur conseil à suivre.