Nettoyer après le départ d’un «looser»

Nous avons dû nous séparer d’un collaborateur plus que défaillant (nous l’avions surnommé le «looser») et nous en sommes très heureux. Mais le problème c’est qu’il avait eu le temps de «polluer» certains de ses collègues. D’ailleurs, dans l’entreprise, beaucoup d’entre eux pensent encore que ce licenciement est injuste, ce qui est absolument faux !

Il est vrai que le départ d’un collaborateur est un événement beaucoup moins anodin qu’on ne le croit qui, s’il est mal géré, peut avoir certaines conséquences sur…ceux qui restent !  

Communication

Vous le savez, la nature a horreur du vide et l’être humain encore plus ! Aussi, communiquez clairement sur ce licenciement. Vous n’êtes pas obligé de rentrer dans les détails, mais vous pouvez au moins, démontrer que ce départ était en cohérence avec vos procédures ainsi que les dispositifs légaux.
Mais «sortir»â€ˆune note lambda ne suffira pas. Des croyances négatives mettent du temps à «s’évaporer», alors mettez en place un plan de communication adapté aux différents profils de collaborateurs. Ainsi les sceptiques/rationnels auront besoin de preuves, les «tuvoisjevousl’avaisbiendit» prendront plus de temps à convaincre, les «silencieux» seront les plus durs à rallier à votre cause (étant souvent aussi très hypocrites donc difficilement identifiables)….
Mais vous pourrez vous appuyer sur les engagés/réalistes -qui, eux, ont certainement déjà «tourné la page» – pour relayer vos messages. Alors multipliez les échanges, sortez de votre bureau pour engager des discussions informelles, pour rencontrer le plus de collaborateurs différents chaque jour, et surtout soyez à l’écoute !

Manager de proximité

Tout seul, vous ne pourrez agir sur tous les fronts. Alors, sans en faire non plus LE sujet à traiter du mois, faites en sorte que les managers de proximité soient sensibilisés à cette problématique. Ils ne doivent en effet en aucun cas se désolidariser de ce problème. Un climat délétère a un impact sur les équipes et donc la performance ! Aidez-les à dépasser certaines «objections» en leur communiquant des éléments -non confidentiels- du dossier et en les encourageant à aller au front avec un «discours commun»  !

Pas de paranoïa  

Sans doute que ce collaborateur essaiera de «garder le contact» avec quelques-uns de ses anciens collègues, et c’est son droit (et celui de ses collègues) le plus entier, vous en conviendrez ! Et sans doute qu’il cherchera à «distiller son venin», d’ailleurs plus pour préserver son image que pour vous nuire (les loosers tiennent beaucoup à leur image !)
Mais de là à imaginer qu’il pourrait arriver à ses fins, je pense que vous lui prêtez beaucoup plus de pouvoir qu’il n’a (et beaucoup moins d’intelligence) !
Alors lâchez prise et dites-vous qu’il finira bien par se lasser … L’essentiel c’est que ce «looser» ne fasse plus partie de votre équipe et que vous puissiez vous consacrer à vos collaborateurs dans une ambiance saine et professionnelle !