Ne pas confondre priorités et urgences dans la gestion du temps : avis de Youssef Jermoumi, DG de PTC

Je me sers d’Outlook pour la planification des tà¢ches.

Des objectifs, on en a toute l’année : des prioritaires et des moins prioritaires. Bien évidemment, la pression reste toujours présente. On la sent de partout, au niveau du marché extérieur, de la concurrence… Il n’y a pas de secret pour s’en sortir. Tout est simple quand on arrive à définir les priorités. Au début de chaque semaine, je sais qu’il y a tant de tâches à concrétiser. Par conséquent, je répartis systématiquement et périodiquement les objectifs. Ceci me donne une idée sur la situation. Cette planification est également utile pour réduire le stress.

L’important, pour moi, passe d’abord par la stratégie à mettre en œuvre pour développer l’entreprise, surtout le matin. L’après-midi, je le consacre aux tâches secondaires à savoir régler des factures, envoi de mails…

Règle importante, laisser toujours une trace de ses objectifs pour toujours les garder en vue.

Un outil comme outlook m’apporte un soutien considérable dans la réalisation d’objectifs, la prise de rendez-vous ou autres tâches.

Mais la plus grande difficulté réside dans la gestion de l’imprévu. Parfois, certains clients vous sollicitent pour un service à la dernière minute alors qu’ils avaient tout le temps pour le faire. Là aussi, pas de compromis. J’essaie toujours de les prévenir à l’avance pour ne pas subir de pression. Parfois, cela tient à un faux problème et j’essaie de trouver avec eux une solution pour séparer l’urgent de l’important. Finalement, il faut savoir dire non quand il le faut. Quand c’est nécessaire, il faut montrer qu’on est indisponible pour des raisons objectives. Car s’engager sans pouvoir tenir sa promesse est pire qu’un refus net.