Mundiapolis accueille la filière intégrée de Sciences Po Bordeaux

C’est la première fois que ce cursus de 5 ans est organisé en dehors de l’Europe.
Le diplôme portera le sceau de la grande école bordelaise.
D’autres masters seront programmés en partenariat avec l’école française.

Nouveau partenariat prestigieux pour Mundiapolis. Sciences Po Bordeaux, institut français d’études politiques, délivrera, à partir de la prochaine rentrée scolaire, son diplôme à Casablanca, dans le cadre d’une filière intégrée de cinq années d’études, alternées entre les deux institutions. L’accord a été récemment conclu entre les deux établissements. La signature officielle est prévue le 11 juin à Bordeaux.
Appelé Filière intégrée franco-marocaine (Fifma), ce cursus est le premier du genre organisé en dehors du continent européen par la grande école bordelaise. Mohammed Berrada, ex-ministre des finances et ex-ambassadeur du Maroc en France, lui-même diplômé de Sciences Po Bordeaux, en sera le parrain.
Le recrutement des étudiants bacheliers français se fera sur concours à l’échelle nationale française, organisé par Sciences Po Bordeaux, tandis que le recrutement des étudiants marocains se fera sur concours, organisé à Mundiapolis avec l’appui de Sciences Po Bordeaux.
Après une année à Mundiapolis, les étudiants marocains intégreront le programme d’alternance de Sciences Po. Les candidats retenus suivront une première année à Casablanca, selon un programme convenu avec Sciences Po Bordeaux. La deuxième année sera effectuée en France. En troisième année, ils reviendront au Maroc, accompagnés des étudiants bordelais pour poursuivre le cursus selon le programme de la filière à Mundiapolis.
Outre la filière intégrée, qui débouche sur le diplôme de l’IEP Bordeaux, doublé du diplôme Mundiapolis en Sciences politiques et du Master M2 de l’Université Montesquieu de Bordeaux, une autre filière de Sciences politiques sera ouverte, pour un nombre plus large d’étudiants marocains et internationaux. Les candidats seront également recrutés sur concours pour effectuer un cursus de cinq ans, dont une année d’échange à Sciences Po Bordeaux.

Mundiapolis veut porter la proportion d’étudiants internationaux à 20% de son effectif

Les études déboucheront sur le diplôme Mundiapolis, visé par Sciences Po et assorti du certificat d’études politiques de cette dernière.
Par ailleurs, l’université privée marocaine envisage d’organiser des masters de son partenaire. Deux spécialités sont pour l’instant prévues : Action publique et gouvernance territoriale et Politique internationale. Selon Abderrahmane Lahlou, président fondateur de Mundiapolis, «l’objectif de la création de ces filières est de s’ouvrir sur les métiers de la gouvernance dans les grandes entreprises, dans l’administration et dans les collectivités locales, à l’heure de la régionalisation au Maroc».
Les modules seront assurés par des enseignants et intervenants marocains et étrangers. L’université privée ambitionne de porter la proportion d’étudiants internationaux à 20% contre 8% actuellement.