Moukawalati : comment ça fonctionne

Le programme a, depuis 2009, élargi sa cible en s’adressant également aux jeunes porteurs de projets disposant seulement du certificat de l’enseignement fondamental.

Lancé en septembre 2006, le programme Moukawalati constitue le premier dispositif  intégré d’appui à la création des petites entreprises au Maroc permettant de lutter contre le chômage par le biais de l’auto emploi ou emploi indépendant. Initialement destiné aux diplômés de la formation publique ou privée, des lauréats de la formation professionnelle, le programme a depuis 2009 élargi sa cible en introduisant les jeunes porteurs de projets disposant du certificat de l’enseignement fondamental (primaire). Le programme offre plusieurs avantages :
– un réseau de guichets représentant les futurs entrepreneurs ;
– un réseau d’accompagnement opérant selon une identité visuelle standard et des modules d’accompagnement unifiés ;
– un réseau de guichets répartis sur l’ensemble des provinces et villes du Royaume permettant d’assurer une meilleure proximité, avec la desserte de provinces ou préfectures non encore couvertes (multipliés par cinq depuis 2006, passant de 50 à 250 guichets) ;
– un accompagnement des porteurs de projets en pré et post création de leurs entreprises ;
– un crédit garanti par la Caisse centrale de garantie (CCG) à hauteur de 85%, laquelle garantie est déléguée aux banques ;
– une avance à l’installation à hauteur de 15 000 DH par projet, avec possibilité d’avoir 10 000 DH juste après l’accord de la banque. Le programme Moukawalati met à la disposition des jeunes porteurs de projets, diplômés ou pas, un dispositif d’accompagnement clair en pré et post création. Concrètement, un porteur de projet s’adresse à un guichet où il sera pris en charge par un accompagnateur. Ce dernier procédera à la présélection du candidat à travers un entretien dont l’objectif est de vérifier l’adéquation profil/projet. Après une préparation, le candidat est invité à passer devant une commission régionale de sélection composée de trois membres, un représentant de l’ANAPEC, le CRI et un banquier. L’objectif de cette commission est de valider l’adéquation profil-projet, l’inscription du projet dans les tendances économiques du bassin de la région ou de la localité, et enfin la viabilité financière du projet. Une fois le candidat sélectionné, il intègre un processus d’accompagnement pour élaborer son plan d’affaires dont le concept est basé sur le faire-faire, est amené à réaliser des études de marché, sur des aspects techniques et sera ensuite assisté dans la finalisation d’une étude financière. Le plan d’affaires finalisé et déposé auprès d’une banque. Après accord, et après constitution d’un dossier complet, le porteur de projet bénéficie du déblocage des fonds bancaires.  Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.moukawalati.ma