Motiver son équipe dans une petite structure et sans moyens ?

Je dirige une équipe au sein d’une petite entreprise et ce n’est vraiment pas facile tous les jours entre le manque de moyens, la négligence de certains collaborateurs, la démotivation d’autres …
Comment le manager peut gérer tous ces aléas, sans rentrer dans des confrontations ou prendre sur lui et compléter les tâches des collaborateurs pour faire avancer les choses ?

Que me conseillez-vous ?

Du courage ! Il y a les choses que nous aimerions pouvoir faire, et il y a le contexte dans lequel nous évoluons qui limite notre champ d’action. Mais vous avez ENVIE de dépasser ces contraintes, et cela dénote de votre courage et de votre conscience professionnelle !

Il y a (et il y AURA toujours) un gap entre les attentes de vos collaborateurs et ce que vous pouvez offrir, et cela est vrai pour n’importe quelle structure !

Refusez la médiocrité !

Maintenant, si la taille de votre entreprise ne peut pas permettre de nommer tout le monde «calife» , il reste encore quelques solutions tout de même ! Et pour cela, intéressons-nous aux attentes «classiques mais indispensables» des collaborateurs à propos desquelles vous avez une vraie marge de manœuvre, que je scinderai en trois parties :

Je veux être traité EQUITABLEMENT: le sentiment d’injustice est l’un des sentiments les plus redoutables quand il s’agit d’alimenter la démotivation. Aussi, soyez attentifs à votre répartition de charge de travail notamment et votre manière d’accorder des récompenses ou des sanctions.

Je veux APPRENDRE : sentir que l’on est dans une entreprise où l’on apprend chaque jour, et donc l’on fait progresser nos compétences est une chose très appréciée des équipes. Aussi, multipliez les occasions d’apprentissage, de formations et d’accompagnement pour vos équipes !

Je veux être UTILE: si vous êtes constamment en train de faire (ou de refaire) le travail de vos équipes, comment voulez-vous qu’elles se sentent impliquées dans vos défis ?

Vous le voyez, votre rôle de manager est réellement nodal dans votre contexte. C’est pourquoi vous devez l’endosser pleinement et, pour cela, ne surtout pas perdre de temps à faire le job de votre équipe ! Car vous avez besoin de ce temps pour les guider, les challenger, les former, les évaluer et reconnaître leurs succès ! Maintenez le cap quoi qu’il arrive, et refusez de rentrer dans cette spirale de médiocrité, votre équipe doit prendre conscience que quand on accepte de monter à bord de votre bateau, on se doit de jouer son rôle pleinement et pas «à minima» ! Alors félicitez ceux qui ont compris que ce n’est certainement pas en continuant de se plaindre et à faire «le minimum syndical» que vous allez arriver à améliorer cet environnement ! Il va vous falloir du courage, et ne pas craindre justement ces «chikayates» que vous gérez aujourd’hui, mais, comme le disait si justement Aristote : «Le courage est le juste milieu entre la peur et l’audace».

A vous de jouer !