Mon patron parle plus de valeurs que de ventes

Diplômée d’une école de commerce, je viens d’intégrer
une entreprise qui prône certaines valeurs. Mon supérieur direct
n’arrête pas de nous en parler, alors qu’il devrait plutôt
plus s’impliquer dans l’opérationnel, qui n’est pas fameux
en ce moment (les ventes sont en baisse et le turn-over en augmentation). De plus,
il me semble tellement évident que nous devons respecter les autres, tenir
nos engagements, être impliqués dans l’entreprise que je ne
vois pas pourquoi nous devrions subir ces leçons de morale à chaque
réunion !

Un jour un consultant Carnegie accompagnait le président d’une compagnie dans l’immeuble que celle-ci avait fait construire pour y abriter ses bureaux. A l’entrée des locaux, se dressait une immense plaque de marbre portant, gravées, les valeurs de son entreprise. Notre consultant demande alors au président : «Ces valeurs semblent très importantes à vos yeux puisque vous les avez fait graver dans du marbre. Mais êtes-vous certain que vos collaborateurs les connaissent ?» Le président lui répondit : «Allons vérifier». Ils se dirigèrent vers une salle où se tenait une réunion, et le consultant Carnegie posa la question à l’assemblée. Très peu de personnes purent indiquer les valeurs en question!
Ainsi, les valeurs, même gravées sur du marbre, n’existent pas tant qu’elles ne font pas partie intrinsèque du quotidien de l’entreprise !
Les valeurs sont les piliers virtuels de l’entreprise
Les valeurs donnent avant tout une tonalité à l’entreprise. Elles sont ses piliers virtuels, sans lesquels aucun projet à long terme ne peut aboutir. Il est préférable, quand c’est possible, de les définir de concert avec les collaborateurs. Elles sont ainsi le résultat d’une réflexion commune, qui contribue à la mise en place de la stratégie à long terme de l’entreprise, et elles participent au positionnement de cette dernière en matière de ressources humaines.
Il faut bien comprendre le sens des valeurs prônées
«J’ai dû licencier un collaborateur qui obtenait de très bons résultats mais qui n’appliquait pas nos valeurs. Il travaillait en effet très dur mais ne respectait pas son équipe. Critiques émises haut et fort en public, sarcasmes, il faisait tout pour faire régner un climat détestable. Après plusieurs démissions au sein de son équipe, et des investigations pour confirmer ces informations, nous avons procédé à son licenciement». Cette personne n’avait pas compris que les valeurs de l’entreprise étaient plus importantes que les résultats à court terme!
Il ne suffit pas de coller des affiches énumérant les valeurs pour que celles-ci soient comprises, comme s’il suffisait d’afficher les objectifs de chiffre d’affaires pour qu’ils soient atteints. Les valeurs doivent VIVRE au sein de l’entreprise. Et les réunions organisées par votre supérieur sont, dans ce sens, un bon vecteur de communication ! Elles permettent d’abord d’éviter des malentendus sur certaines valeurs. Ainsi, équité ne veut pas dire égalité : être équitable, c’est évaluer tous les collaborateurs selon les mêmes critères. Mais ils n’auront pas tous pour autant la même prime, car celle-ci sera évaluée en fonction du travail accompli par chacun.
Valeurs et turn-over sont liés
Vous parlez de résultats en baisse et de turn-over en hausse. Si votre supérieur, aujourd’hui, dédie beaucoup de temps aux valeurs de l’entreprise c’est qu’il y a certainement un lien entre ces trois phénomènes. En effet, nous avons pu observer au sein des entreprises marocaines qu’une des causes de turn-over était justement l’absence de valeurs et/ou de leur mise en pratique. Et en premier lieu, la valeur RESPECT. Aujourd’hui, les salariés recherchent, bien sûr, un travail intéressant, rémunéré correctement, avec des perspectives de carrière. Mais ils peuvent quitter leur entreprise si elle ne prône pas le respect «vertical et horizontal». Ces profils peuvent alors être «captés» par d’autres entreprises, qui n’ont pas forcément au mur de superbes affiches quadri pour rappeler leurs valeurs, mais qui les vivent réellement au quotidien, depuis le top management jusqu’au plus bas de l’échelle

Suite à vos nombreuses demandes, les conseils de Dale Carnegie Training vous sont désormais ouverts. Si vous souhaitez une aide pour un problème particulier,
il vous suffit d’écrire à La Vie éco : «Coach Carnegie»,
ou d’envoyer votre e.mail
à l’adresse suivante :
[email protected]