Mon boss me prend pour son larbin !

J’ai fait 4 années d’étude et j’ai trois ans d’expérience dans une grande entreprise. Puis j’ai voulu prendre le risque de changer pour une plus petite structure mais dans laquelle j’allais pouvoir évoluer beaucoup plus vite. Au début tout se passait bien, jusqu’à  ce que le «père» soit remplacé par le fils qui, lui, a une conception bien étonnante du travail. Il me demande de faire des choses qui n’ont rien à  voir avec mon job et qui seraient plus du ressort d’un assistant très junior. Lui par contre SAIT TOUT et ne nous laisse pas le droit à  la parole, il veut tout changer et ne respecte rien ni personne !

Combien il serait utile d’intégrer des modules consistants dans les programmes d’éducation sur le véritable rôle et les responsabilités d’un manager, ne serait-ce que pour comprendre que si le titre de «boss» est acté sur une carte de visite il se mérite TOUS les jours ! Cela éviterait de nombreuses tensions inutiles et permettrait à tout un chacun de se concentrer avant tout sur le plus important : le business !

L’arrogance du manager

Chaque personne fait le choix du style de manager qu’elle sera. Certaines veulent résolument être dans le partage, la bonne humeur et l’absence de notion de hiérarchie. Et il est toujours plus «agréable» de vivre dans cet environnement car il permet de fluidifier les échanges et de réellement exploiter les potentiels et les énergies.
D’autres sont plus «consensuelles», elles veulent y mettre des «formes», des normes et le «décor» est souvent très clair là-dessus : porte fermé, bureau majestueux, prise de rdv avant toute réunion, parapheurs en attente, signe de la grande AUTORITE, etc. C’est un mode de management dans la rigueur, qui laisse en général peu de place à l’erreur mais aussi aux prises d’initiatives et donc à l’innovation…
Et puis, enfin, d’autres optent pour l’arrogance, le mépris et le manque de respect à toute personne qui serait «hiérarchiquement» en dessous de leur «haute» position. C’est un comportement d’un autre temps, qui n’attire in fine que de la complaisance et très très peu de performance….puisque les «meilleurs» ne peuvent (et ne doivent) se satisfaire de cette… médiocrité managériale.

Le respect

Je sais que cela n’est pas très agréable à entendre, mais quand une personne se «permet» d’agir avec nous d’une certaine manière c’est que quelque part… elle pense POUVOIR le faire. Certes, je peux comprendre que l’effet de «surprise» ait pu vous laisser sans réaction. Mais, aujourd’hui, vous savez à quoi vous en tenir, et surtout vous savez ce que vous ne VOULEZ PAS accepter. Alors, à vous de choisir, ou de subir et dans ce cas ne vous plaignez pas ou passer outre certains tabous et DIRE LES CHOSES clairement, à savoir : votre refus de jouer le rôle comme vous dites du «larbin» !

Dites-lui les choses fermement

Ces personnes «autocentrées» sont vraiment dans leur bulle et ont beaucoup de mal à observer leur entourage si occupées qu’elles sont de leur petite personne. Et puis, tant que personne ne se plaint… pas de raison de modifier leur comportement, et elles «surfent» ainsi sur une vague permissive et de non-dits.
Aussi, si vous ne mettez pas le holà à cette situation, j’ai bien peur qu’elle ne fasse qu’empirer au fil des jours.
Prenez votre courage à deux mains, et évoquez le sujet avec votre boss, rappelez-lui votre «scope de responsabilité» et demandez-lui de s’y cantonner (après tout peut-être que «sa jeunesse» expliquerait certaines de ses «maladresses»). Faites-le en étant respectueux mais FERME. A ce «jeu de la vérité» vous risquez peut-être de vous voir donner une fin de non-recevoir, car la capacité de remise en question va rarement de pair avec une arrogance exacerbée mais c’est un risque à prendre puisque, de toute façon, vous ne sauriez continuer la partie avec ces cartes-là…
Rappelez-vous ce que disait si justement Sartre à ce propos : «L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu’on a fait de nous»..

A vous de jouer !