Mohamed Benouarrek : « Les C.V. truqués existent pour différents niveaux hiérarchiques, fonctions et secteurs d’activité »

Questions à  : Mohamed Benouarrek DRH de Promamec

La Vie éco : Rencontrez-vous fréquemment des CV truqués ?

Il n’est pas fréquent de trouver des CV truqués mais il arrive des fois où nous en repérons quelques-uns. Il faudra déjà définir la qualification «truqués». Ceci peut aller d’une simple exagération par rapport à une compétence, par exemple, le candidat mentionne «parfaite maîtrise de l’anglais» alors que son niveau est celui d’un débutant, à d’autres cas plus graves où le candidat cite une expérience au sein d’une entreprise où il n’a jamais mis les pieds. Le degré de falsification diffère énormément en termes d’ampleur. Certains sont pardonnables, d’autres nécessitent carrément une poursuite judiciaire.

Avez-vous eu des exemples ?

Les aspects les plus fréquemment diagnostiqués sont liés aux deux rubriques background académique et background professionnel.
Certains candidats mentionnent au niveau de leurs CV des diplômes ou formations non réalisées ou bien partiellement. Ils peuvent aussi mentionner des compétences qu’ils ne maîtrisent pas du tout ou bien modestement.
D’autres candidats peuvent citer une ou des expériences professionnelles ou missions (au Maroc comme à l’étranger) qu’ils n’ont pas réellement effectuées. Ils peuvent aussi tricher sur la durée de l’expérience pour dissimuler le blanc (périodes vides au niveau du CV pour chômage ou autres). Rares sont les cas où les candidats trichent au niveau de la rubrique loisirs et hobbies mais toutefois des exemples existent. Certains candidats mettent comme hobby handball, basket-ball, etc., afin de mettre l’accent sur l’esprit d’équipe indirectement. Quand vous leur posez une question pointue sur ledit sport, par exemple, une équipe de handball compte combien de joueurs, le candidat est incapable de répondre.
Le truquage des CV est un phénomène ancien mais qui commence malheureusement à s’intensifier.  La vérification des données présentées lors d’un entretien ou bien au niveau d’un CV est cruciale et doit être réalisée par le recruteur ou son représentant (le cabinet de recrutement).

Comment arrivez-vous à les démasquer ?

Il est impératif de bien lire le CV, de l’analyser et surtout bien préparer son entretien. Découvrir le CV lors de l’entretien ne servira à rien. Des contradictions, informations ambiguës ou manquantes au niveau du CV, comme des moments d’hésitation ou d’embarras lors de l’entretien sont tous des indicateurs potentiels que le recruteur doit investiguer. Il faut marquer un arrêt sur ces zones de doute et vérifier la véracité des informations auprès des sources tout en exigeant des documents légalisés quand il s’agit d’attestations de travail, diplômes, etc. Une double vérification dans certains cas s’impose.
  
Vous faites attention à l’authenticité des diplômes ?

Nous exigeons des copies légalisées des diplômes et, parfois, si lors de l’entretien ou bien lors de la période d’essai des contre-indicateurs se déclenchent, nous pouvons même contacter l’école ou l’université en question pour vérifier le diplôme. Vraiment, il faut s’attendre à tout. La vigilance s’impose à tous les niveaux. Ceci ne concerne pas uniquement les postes moyens. Nous avons eu des cas de CV truqués même pour des postes de top management. Pour conclure, les CV truqués existent pour différents niveaux hiérarchiques, différentes fonctions, et différents secteurs d’activité. En plus, la tricherie peut porter sur n’importe quelle partie du CV. Bref, lors d’un recrutement, la confiance n’exclut pas le contrôle.