Mise en place d’un dispositif de reclassement : mode d’emploi

Espace information et antenne emploi sont les deux structures de base du dispositif
n Aucune piste de reclassement ne doit être imposée ; le salarié doit
seulement être aidé à mieux définir ses choix.
L’entreprise doit pleinement coopérer en mettant à disposition
des moyens humains et financiers.

Les entreprises grandissent, évoluent ou se réorganisent. Ces changements peuvent avoir lieu en raison d’un certain nombre de facteurs : fusions, acquisitions, rapprochements stratégiques avec des partenaires étrangers, libéralisation du secteur, lancement de nouveaux produits, développements technologiques, externalisation d’activités… Quelle que soit leur nature, ces changements entraînent parfois des départs provoqués via des opérations comme les départs volontaires ou la retraite anticipée.
Ces opérations de restructuration ayant un impact sur l’emploi ne sont plus évitables. Ce qui peut l’être, ce sont des restructurations dites «douloureuses». Aujourd’hui, l’approche socialement responsable de la restructuration d’entreprise est reconnue comme une solution alternative aux simples réductions d’effectifs.
Au Maroc, nous l’avons testé, ce type de dispositif, bien qu’encore au stade embryonnaire, est en train de faire ses preuves. C’est une autre manière de faire, déstabilisante parce que innovante, mais payante, pour l’entreprise et pour les salariés.

PRINCIPES DU DISPOSITIF

Une restructuration, même si elle s’inscrit dans une dynamique de développement stimulante et positive, entraîne une perte de repères pour les équipes, et dans certains cas, les déstabilisent. Il s’agit donc d’accompagner les salariés partants mais aussi de mobiliser les salariés restants. Pour cela, les dispositifs d’accompagnement s’articulent autour de 2 étapes clés : la mise en place d’un espace information et orientation, dans un premier temps, et d’une antenne emploi dans un deuxième temps.

Espace information et Orientation
Ecouter, dialoguer, informer et faire comprendre
Antenne emploi Accompagner les projets externes

Espace information et orientation
L’objectif premier d’un espace information et orientation est d’accompagner la rupture et d’entretenir le dialogue avec les salariés : en clair, de dédramatiser la perte de leur emploi.
«Comment est-ce que mon entreprise peut me licencier après avoir tant donné pour elle ?» ; «Que vais-je devenir ?». Ces questions ont été posées par la totalité des salariés accompagnés, quelle que soit l’entreprise d’où ils sont issus et quelle que soit leur situation personnelle et familiale. Le point commun de ces candidats est la peur du changement, la peur d’être abandonné.
Cet espace permet de rompre l’isolement, évitant ainsi au salarié d’être seul face à son problème d’emploi. Le travail du conseiller de la cellule, qu’il soit interne ou externe à l’entreprise, sera donc, à travers une pédagogie adaptée, d’aider la personne à comprendre et accepter la situation de rupture et à faire le deuil de son entreprise.
La recherche d’un nouveau projet professionnel se déroule en trois temps : la réflexion, la planification et l’action. Premièrement : réfléchir. Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce qui m’intéresse dans la vie? Qu’est-ce que j’attends de mon futur emploi ? C’est important de prendre plusieurs semaines pour faire le point et aussi pour éviter de se lancer n’importe où. Il faut tout d’abord avoir fait le deuil de son emploi précédent pour commencer une recherche fructueuse.
La pédagogie d’accompagnement s’articule autour de 2 grands axes menés parallèlement :
Un travail individuel entre le salarié et le conseiller, structurant pour l’individu, visant l’appropriation individuelle de la situation de rupture, et la clarification des mesures négociées (indemnités et accompagnement proposés) ;
Un travail collectif qui permet de créer une dynamique de groupe et une motivation autour de la préparation de nouvelles solutions d’emploi.
Suite à la décision d’arrêter la production de sa filiale marocaine, un groupe international a mis en place une cellule spécifique sur le site de Casablanca, dédiée à l’information et à l’orientation de ses salariés. Rassurer et écouter, informer sur les indemnités négociées, rompre l’isolement…, telle était la mission de ce dispositif. Selon une des candidates accompagnées, cette cellule a été un moyen de ne pas s’isoler et de bien préparer l’avenir : «Ça m’a permis de ne pas me sentir seule face à ma perte d’emploi. Parler librement de ma situation, de mes problèmes personnels, mais aussi être informée en toute transparence des mesures financières offertes par l’entreprise m’a aidé à accepter la situation de manière plus sereine».

Espace information et orientation
– Créé en amont d’une opération de restructuration
– Informe les salariés sur les mesures négociées
– Accompagne la préparation des choix individuels
– Assure un accueil individualisé et garantit la confidentialité
 

  Antenne emploi
Dans une seconde phase, une fois le changement intégré et accepté, il s’agira d’aider chaque salarié concerné à identifier et mettre en œuvre son projet professionnel ou personnel à l’aide d’outils spécifiques.
L’accompagnement proposé dans le cadre d’une antenne emploi aura pour objectif de faire progresser le candidat vers sa solution à travers une pédagogie d’autonomisation progressive, structurée par le suivi régulier d’un plan d’action défini.
Contrairement à l’espace information où l’accompagnement peut se faire par un relais interne à l’entreprise, ce dispositif est mené par des personnes extérieures à l’entreprise, qui ne soient pas impliqués à titre personnel dans la démarche. Autrement dit des personnes qui vont tenir le miroir pour que les candidats puissent se voir clairement tel qu’ils sont.
Une première phase de bilan personnel et professionnel permet la définition des projets et des plans d’action correspondants. Cette étape de mobilisation est fondamentale pour la construction d’un nouveau parcours professionnel réaliste. L’objectif est d’initier une réflexion approfondie sur l’avenir de chacun, en aidant la personne à faire le point sur ses aptitudes, ses points forts et points faibles, mais aussi sur ses motivations, désirs et centres d’intérêts.
Les chercheurs d’emploi ont un produit à mettre sur le marché : eux-mêmes. Il est donc crucial de bien définir ce produit. Quelles sont mes compétences ? Quelle est mon expérience ? Selon une candidate accompagnée après une perte d’emploi due à une externalisation d’activité, «il faut mettre ses idées reçues au placard, se retourner et prendre les moyens de relancer sa carrière. Et surtout faire les choses autrement, se remettre en question en faisant une photographie de ce que l’on sait et de ce que l’on ne sait pas faire».
Identifier les compétences techniques acquises , chercher comment les valoriser auprès de secteurs autres que le secteur d’origine est le travail initié avec des opérateurs. L’objectif est d’amener ces candidats, qui pensent n’avoir aucune compétence à valoriser, à identifier ce qu’ils savent faire et accepter le fait qu’ils peuvent utiliser leur savoir-faire dans une autre entreprise.
Une fois le projet professionnel validé, il s’agira d’accompagner les salariés à mettre en œuvre leur projet à l’aide de plans d’action spécifiques, via un suivi individualisé, mais aussi à travers des formations collectives. Après une phase de mobilisation, les personnes entrent dans une phase d’action.
Les solutions professionnelles qui s’offrent aux candidats sont :
– La recherche d’un nouvel emploi salarié, solution vers laquelle s’oriente la majorité des candidats accompagnés ;
– La création de micro activité, secteur en pleine croissance au Maroc dont la professionnalisation et le développement sont largement soutenus par le gouvernement et des associations ;
– Et enfin les projets personnels tels que la reconversion professionnelle.
Pour les candidats qui s’orientent vers la recherche d’un nouvel emploi salarié, le conseiller de l’antenne axe son accompagnement sur l’appropriation des outils de communication (rédaction de CV et lettres de motivation, simulations d’entretien d’embauche…) et des techniques de recherche d’emploi (marché du travail, connaissance des entreprises, sources de recherches…).  

  Aide à la recherche d’un emploi salarié
– Un appui personnalisé par un conseiller attiré pour la préparation et l’activation des projets des salariés
– Un entraînement collectif sur les techniques de recherche d’emploi (mailings, entretiens, réseaux…)
– Une prospection ciblée
– Une assistance logistique

  Un travail de prospection de l’emploi est également réalisé, notamment pour les candidats ayant une faible autonomie et qualification. L’antenne emploi étudie le marché local de l’emploi, identifie les besoins, suscite les rencontres avec les entreprises, noue des contacts, aussi bien avec le secteur privé qu’avec les pouvoirs publics. Le conseiller de l’antenne ayant au préalable mené une étude d’employabilité des salariés concernés en vue d’apprécier les écarts existants entre le profil des candidats et celui des emplois disponibles sur le marché de l’emploi local.
C’est ainsi que des agents de maîtrise opérant dans le secteur électronique ont pu se reconvertir dans l’agro-alimentaire, certaines de leurs compétences techniques étant parfaitement transférables dans ce secteur : «Il a fallu apprendre à mettre en avant ses atouts professionnels et personnels, choisir les cibles identifiées par les consultants et les approcher».
Pour les salariés qui optent pour une création de micro activité, il s’agira de les aider à passer du stade de l’idée au stade du projet et travailler sur la faisabilité commerciale, financière et technique de leur projet. La phase de bilan sera fondamentale dans ce type de projet pour aider le candidat à prendre sa décision de créer ou non, en fonction de ses caractéristiques personnelles et des données fournies par l’étude de son projet. La création de micro activité au Maroc est une solution de plus en plus accessible aux candidats accompagnés, car soutenue par des associations telle que la Fondation Zakoura qui accompagne les porteurs de projets lors de la pré-création et post-création pour pérenniser l’entreprise créée à l’aide de formations et outils spécifiques.
Pour les candidats ayant choisi de créer leur micro activité, la perte d’emploi a souvent été le déclencheur. Dans une antenne emploi menée au sein d’une entreprise marocaine opérant dans le secteur industriel, la majorité des candidats ont spontanément rejeté la création d’une entreprise. Peur du risque, responsabilité familiale, endettement sont autant de raisons évoquées. Pourtant, après quelques mois de réflexion et de bilans approfondis, certains candidats se sont jetés à l’eau… et avec succès. Selon un candidat accompagné, «si je n’avais pas perdu mon emploi, je crois que je ne me serais pas lancé en affaires. Pour moi, c’est ça qui a été l’élément déclencheur. Subitement, je n’avais plus rien à perdre. Alors je me suis décidé».
Certains salariés se retrouvent dans un domaine complètement différent du métier d’origine. Pour ce candidat, ancien superviseur dans une usine de confection, l’idée de créer sa propre entreprise de traiteur à domicile est venue petit à petit : «Enfant, j’aidais souvent ma mère à préparer et vendre ses pâtisseries aux voisins. Après avoir perdu mon emploi, j’ai repensé à mon enfance. J’ai pris le temps qu’il fallait pour bien définir mon projet avec le consultant, étudier sa faisabilité et me former aux différentes techniques de gestion. Il faut chaque jour relever des défis, mais aujourd’hui ma petite entreprise marche bien».  

    Aide à la création de micro activité
– Bilan individuel pour la définition du projet (évaluation des candidats)
– Etude sur la faisabilité du projet (montage financier et administratif)
– Formation et accompagnement pour la création de micro activité
– Suivi après la création de la micro activité

  Il est important de noter qu’un candidat ne peut concrétiser sa solution que s’il atteint un certain niveau d’autonomie. Les conseillers d’une antenne emploi gardent donc en tête cet objectif d’autonomisation croissante de chaque candidat, en sachant que, pour certains d’entre eux, c’est une démarche qui prend du temps, et que des candidats particulièrement fragiles doivent bénéficier d’un suivi particulier très attentif.

  La mission première d’un dispositif d’accompagnement en faveur des salariés est de transformer la contrainte d’une restructuration en opportunités. Cette mission ne peut se concrétiser que si l’entreprise est prête à jouer son rôle d’entreprise socialement responsable, et mettre en œuvre les moyens humains et financiers nécessaires à la réussite de ce dispositif.
Les entreprises qui souhaitent mettre en place ce type de dispositif doivent en faire un véritable projet dans lequel l’ensemble des acteurs internes concernés s’implique : le management, les salariés et les partenaires sociaux.

    DéPLOIEMENT DE LA DéMARCHE

        Au Maroc, ce type de dispositif en est au stade embryonnaire. Néanmoins, en complément des récents programmes mis en place par l’Etat et l’Anapec, ces efforts des entreprises contribuent à renforcer l’employabilité des salariés et améliorer le fonctionnement du marché du travail en se concentrant sur l’aide aux personnes en perte d’emploi jugées «difficilement reclassables» ( trop jeunes pour bénéficier de mesures d’âge et trop fragilisées pour rebondir de manière autonome).